Avertir le modérateur

De l'art, du vin et du cochon

13062009062.jpg"Les vins français sont d'une telle variété et d'une telle splendeur que c'est presque une activité spirituelle que de les goûter."
Sieburg

Après Vinexpo, qui a fait entrer, depuis longtemps le "loup dans la bergerie" tant il est pratiquement impossible de retrouver aujourd'hui de vrais vignerons, noyés dans la masse des vins de négoce standardisés (tiens, un petit article, ou celui-ci, toujours d'actualité...) et des non moins aseptisés vins d'Australie, d'Argentine, de Chine et bientôt de la lune... Les vaches n'ont qu'à bien se tenir, on peut faire pareil avec des vins (est-ce le mot ?). C 'est navrant.

Ajoutez à cela, la morosité ambiante véhiculée par des journalistes de tv/radio qui se complaisent dans le sensationnel, se jetant sur la dernière information comme des vautours (Michael Jackson en est un bel exemple, comme le moindre sujet sur la "grippe A"), noircissant autant qu'ils le peuvent la situation.Ce ne sont plus des journalistes, ce sont des bonimenteurs.

On est servi quand ils traitent de la "crise" : "dépression", "pire que la crise de 1929" (ils y étaient ?), "régression", "panique"... bref, des mots pour attirer le chaland et qui, à force, entraînent le moral à la baisse. C'est à l'animateur qui va le plus exagérer, faisant ses choux gras du séisme financier, se faisant un malin plaisir d'attiser les craintes.

Si grande crise financière il y a, en effet, elles concerne -de facto- la finance (un bel escroc, Madoff), les banques (voir mon article sur "ma" Société Générale), les traders (à lire aussi) et partisans de "l'argent facile" (il y en a aussi dans le vin, voir mon article). On n'oubliera pas les politiques (il est bien aussi, celui-là) ou ceux qui nous font régulièrement rire jaune, à droite avec Villepin comme à gauche avec Ségolène, Dray, ou Lang... Pathétique. Pourtant, les entreprises tournent, se développent, on travaille -vous et moi- et on voit le décalage entre le "fric" et l'entreprise, la spéculation et la réalité, etc.

Dans cette période, donc, lavons-nous l'esprit : prenez votre verre de vin préféré (pensez au vigneron qui l'a fait, si vous le connaissez, c'est plus sympa), mettez votre cd du moment, installez-vous confortablement et regardez la toile que vous pouvez avoir en face de vous (ou imaginez). Pensez aux vrais : Turner (le roi du Paysagisme), Van Gogh (l'Expressionisme à l'extrème), pensez au Fauvisme (Gauguin...), au Surréalisme (Magritte, Masson), à l'Impressionnisme bien sûr (Renoir, Monet), à Picasso (qui d'autre pour le Cubisme ?), Da Vinci (pour la Renaissance), les maîtres du Baroque (Vermeer, Rubens, Rembrandt). Bref, profitez du nez et de la vue, ces sens dont on se sert -aussi- pour savourer ce "Sang de la Terre et du Ciel" qui nous est cher.

Mais attention à l'art contemporain... Oubliez les rigolos comme Jeff Koons (vous savez, le homard gonflable exposé à Versailles) ou Warhol (qui n'en pouvait plus de répéter ses trucages photos)... comme certains "créateurs" inconnus, dont les prix ne sont vraiment pas donnés et le talent quelque peu succinct (au hasard, ce site, celui-ci, ou celui-là, où il faudrait plutôt parler "décoration d'appartements" que d'œuvres artistiques. bon, il en faut pour tous les goûts. Pensez plutôt aux vrais "grands" : Soulages, à Tal-Coat, Bonnard, Calder, Zao, Chillida, Braque (Miro, Dali, Giacometti ou Chagall sont beaucoup moins à mon goût, ou pas du tout).

Car l''art, c'est un tout : l'expression du génie humain, l'art de vivre, celui du vin, celui d'être gourmet-gourmand, celui des livres et de la musique, etc. L'art, c'est aimer la force des hommes et de la nature, tout ce qui crée une osmose entre le réel et l'imaginaire, et nous distingue des plantes vertes.

J'ai une passion pour l'art contemporain. Pour l'art en général, d'ailleurs. J'ai acheté lorsque j'avais 20 ans (à crédit, je n'avais que des dettes) mes premiers tableaux (ceux où l'espace -celui des planètes- est omniprésent) à mon ami Michel Guéranger (on allait tous les trois, avec Lionel Poilâne, à un bon nombre de vernissages), puis auprès d'une amie galeriste nantaise.

Pas besoin d'argent, ni de frime, le goût, l'instinct et la curiosité primaient. Eclectique, j'ai acquis régulièrement d'autres œuvres, soit directement chez des artistes, soit dans des ventes aux enchères, et, même si l'on hésite toujours à signer un chèque, le pendant vaut la peine. On rejoint ainsi le monde du vin, où l'argent n'a pas d'importance tant on se fait plaisir avec peu de chose. C'est toujours vrai.

On a tous des périodes. Cinq peintres me tiennent donc particulièrement à cœur en ce moment : Hartung, Zao Wou-Ki (j'ai choisi pour illustrer cet article la photo de cette Eaux-Forte, qui trône face à moi, dans mon bureau), passionné notamment par l'encre de Chine (elle n'est pas superbe, cette litho ?), Poliakoff, Chillida (grandissime sculpteur, avant tout) et Soulages. Si les toiles de Chillida et de Soulages sont totalement innaccessibles, Hartung suivant de près, on peut prendre beaucoup de plaisir avec leurs estampes, dans une fourchette de prix sages (de 1.000 à 4.000 €). Profite-en, les prix baissent, et les galeristes sont enclins à faire des efforts en ce moment.

resize.php?ref=9782213022079&type=1&w=250&h=250&r=0.4&s=0.6Je parcoure la bio de Zao en ce moment, et vous la conseille. C'est un livre d'une gra,nde intelligence, où la sensibilité rejoint l'humilité, la passion et le talent, ce que l'on retrouve auprès d'un bon nombre de vignerons que je soutiens.

Quatre points majeurs pour ne pas se tromper :

1/. En peinture comme en musique (idem pour les vins), on ne peut comprendre une œuvre que si l'on en connait l'histoire : il faut d'abord "apprendre" le peintre et l'apprécier, suivre sa démarche (les livres DLM, voir plus loin, sont parfaits pour cela, comme les catalogues raisonnés). Ses premières œuvres sont souvent les plus intéressantes (et les plus recherchées) : elles donnent le "la" de l'artiste, à une époque où, inconnu, il ne se répétait pas ou ne créait pas pour vendre. Sa "patte" est alors la plus forte, même si, plus tard, certains vous diront que l'aboutissement est total (rien n'est moins sûr). Par exemple, on retrouve toute la force d'Hartung dans ses créations des années 1953-1954, beaucoup plus incisives que celles des années 1975. On ressent vite sa rage contre la bêtise et la guerre qui se dégage de ces traits, d'autant plus si l'on sait le parcours de cet ancien légionnaire, blessé dans sa chair et son cœur...

2/. Il faut -outre se faire plaisir- investir dans les petits tirages (50 à 100). Après tout, si vous achetez une estampe de Chillida (ne comptez pas moins de 4.000 €) reproduite seulement à 30 exemplaires, vous ferez partie des 30 personnes au monde à en posséder une, ce qui n'est pas rien.

3/. En règle générale, préfèrez les Eaux-Fortes (acide employé sur une plaque de cuivre, créant des "trous" au travers desquels la peinture s'infiltre), qui ne permettent pas de revenir en arrière (la technique "sans repentir", me précise Mireille Champetier) aux Lithographies et surtout aux Sérigraphies. Pour Soulages, par exemple, il y a chez lui un réel intérêt pour cette méthode d'expression, véritable démarche artistique, et son univers "colle" au relief du papier. Voir son Eau-Forte N°2, la seconde qu'il réalisa, très intéressante sur sa démarche future (le "noir" profond).

4/. Il faut éviter les "stakhanovistes" de l'estampe comme Dali, Bellmer, Vasarely, Ernst, Tapies ou Vam Velde, sauf s'il l'on sait vraiment reconnaître quelques œuvres exceptionnelles (il y en a chez Tapies et Vam Velde), à des périodes très précises. Les galeristes sérieux vous aideront (et les livres également). Et l'on peut débuter avec de belles lithos très abordables (200 à 500 €) de peintres moins connus qui sont des valeurs sûres comme Tal-Coat (une démarche reconnue), Olivier Debré (plus flamboyant, mais belle maîtrise), Alicia Penalba, Raoul Ubac, Paul Jenkins (le geste est ample) ou Claude Viallat, dans un style plus neutre. Encore plus abordables (autour de 30 €, le prix d'une sortie à 2 au ciné, en comptant les chips), les livres DLM (Derrière le Miroir) des Editions Maeght : on a ainsi accès à un artiste, à sa démarche... mieux vaut en acheter un que se payer la litho du coin tirée en offset en provenance des Etats-Unis ou que l'on trouve en abondance sur ebay. Pour quelques euros, on a ainsi le plaisir des yeux, qui rejoint celui de l'esprit.

En ce moment, j'ai un coup de cœur pour l'œuvre d'une jeune artiste (sans titre, mais à quoi sert un titre ?), Véronique Riboulot, que j'ai installé dans mon bureau (c'est la grande toile, sur tout le mur, à gauche de la photo), un espace où se rejoignent un rien de mysticisme et une apogée des corps et de la danse, me dit-elle. Elle a raison, et mon "coup de pouce" vous incite à découvrir son travail.

Côté musique, mettez en fond des les vidéos de Dylan, Lennon, Angunn (superbe), Reed et sinon, vous avez avec celle-là (du grand art), la voix de Billy Preston, le roi Eric Clapton à la guitare (avec les lunettes, cheveux courts), le prince Ringo Starr à la batterie (veste rouge), Sir Paul McCartney..., le top : asseyez-vous sereinement, coupez le téléphone et profitez !

 

Côté vins, seul le plaisir est de mise. Voici ceux qui en procurent.

- À éviter, certains vins de Bordeaux et de Languedoc qui se rejoignent aujourd’hui : leur surconcentration, qui leur donne un goût à la limite de l’écœurement, associée à des prix inadmissibles. Voir l'article sur AgoraVox

- et, je ne m'en lasse pas : risible et mercantile (je vous laisse juge), je me rappelle de cette vidéo où Marie Schyler, chez Kirwan -éliminé de mon Guide depuis quelques années, aujourd'hui chez Pichon Baron (éliminé tout autant), démontrait à son insu (de son plein gré ?) qu'il vaut mieux se taire, parfois, devant une caméra, en avouant "faire" un vin pour avoir de bonnes notes chez Parker, nonobstant toute idée de terroir et de caractère. C'est beau, la poésie.

 

“J’ai toujours à mon arçon, dit l’heureux interlocuteur de Sancho, d’un côté une bonne cantine de viandes froides, de l’autre cette bouteille que j’aime, que je chéris et que j’embrasse à tout moment.
- Monsieur, reprit Sancho d’une voix tendre, voulez-vous bien me permettre de l’embrasser une fois ?” L’inconnu remit alors la bouteille dans ses mains. Sancho la porte à sa bouche et, se renversant sur le dos, il se met à regarder les étoiles et demeure au moins un quart d’heure dans cette position qui lui plaisait. En se relevant, il fait un soupir, laisse tomber sa tête sur son sein. “Ah! monsieur, dit-il, ah ! monsieur, c’est lui ! je le reconnais: Il est de Ciudad-Real! - Vous avez raison, c’est de là qu’il est; de plus, il a quelques années. - À qui le dites-vous? Mon Dieu! Il n’y a pas de vin dont je ne devine, à la seule odeur, le pays et la qualité; c’est une vertu, un don de famille.”

Cervantès (Don Quichotte)

Commentaires

  • La création sous toutes ses formes nous nourrit. Vive les Arts avec un grand A

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu