Avertir le modérateur

  • Les Premiers Grands Vins Classés d'Alsace

    L'Alsace à table :

    L’Alsace est l’exemple caractéristique des grandes régions vinicoles et gastronomiques françaises où le mariage des vins et des mets peut surprendre le plus. Bien sûr, on connaît les spécialités du pays, les choucroutes, les fromages, les charcuteries ou le kouglof, et l’intensité aromatique des grands crus, alliant finesse et richesse en bouche. On se doute bien qu’un vin d’Alsace se déguste aussi avec des crustacés ou des fruits de mer mais on oublie parfois l’extraordinaire osmose d’un Muscat avec des asperges, par exemple. Les vins peuvent se boire pratiquement tout au cours d’un repas. Sur la choucroute (Riesling), avec une sole meunière (l’Alsace est riche également de poissons de rivière), avec des crustacés. Plus original, le fameux “poulet au Riesling”, une blanquette de veau à l’ancienne. La puissance de son bouquet et sa persistance aromatique en bouche placent le Gewurztraminer comme un apéritif idéal. Il est superbe avec un pâté en croûte ou une terrine de foies blonds, ainsi que sur la tarte flambée. Les Vendanges Tardives se savourent sur un foie gras d’Alsace, au naturel ou en brioche, et sur des fromages forts comme le maroilles, le munster ou le roquefort.

    Guide du terroir
    Guide du Terroir

    Abrité des influences océaniques par le massif vosgien qui lui procure l’une des pluviosités les plus faibles de France (450 à 500 mm d’eau par an), le vignoble d’Alsace bénéficie d’un climat semi-continental ensoleillé, chaud et sec. Ce climat est propice à une maturation lente et prolongée des raisins, et favorise l’éclosion d’arômes d’une grande finesse. La géologie alsacienne représente une véritable mosaïque, du granite au calcaire en passant par le gneiss, le schiste, le grès… On ne peut pas confondre un vin d’Alsace avec un autre cru, tant les terroirs laissent s’exprimer particulièrement, ici, le Riesling, là, le Gewurztraminer ou le Pinot gris. Attention à la complexité des crus et lieux-dits et lisez bien les étiquettes, pour ne pas confondre les clos, les Grands Crus ou les ­communes, et à la dépersonnalisation de quelques vins, notamment en Riesling, qui commencent à être bien trop ronds et loin d’une typicité réelle, où la nervosité devrait être de mise. Appréciez en tout cas l’extraordinaire convivialité des hommes de la région et les vrais vins typés dont les meilleurs atteignent une typicité rare et procurent la joie du vin, à des prix très sages.

    Actualité du vignoble
    Classement Alsace
    Tout savoir sur le vignoble
    Vignerons sélectionnés

    CLASSEMENT ALSACE

     

    IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
    Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en rouge)

    PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

    RIESLING
    GRESSER
    Georges KLEIN
    MUHLBERGER
    SCHAEFFER-WOERLY
    SCHLÉRET
    Willy ROLLI
    ZOELLER
    BESTHEIM
    BLANCK
    René FLECK
    Ch.et D.FREY
    Gérard METZ
    REINHART
    Aline et Rémy SIMON
    André VIELWEBER
    GEWURTZTRAMINER
    Claude BERGER
    Henri BRECHT
    Fernand ENGEL
    HAEGI
    Cave HUNAWIHR
    Claude BLÉGER
    DUSSOURT
    Robert FALLER
    FRICK
    GILG
    HAULLER
    Rober HEYBERGER
    HUBER et BLÉGER
    SCHMITT & CARRER
    KIEFFER
    Eric LICHTLÉ
    TOKAY PINOT BLANC
    FRICK (PB)
    SAINT-RÉMY
    SCHLÉRET
    Aline et Rémy SIMON
    Henri BRECHT
    Robert HEYBERGER
    Willy ROLLI
    Fern. ZIEGLER (PB)
    André ANCEL
    Francis BECK
    Charles FAHRER
    HEBINGER
    (KELHETTER)
    SCHMITT & CARRER
    CREMANTS PINOT NOIR
    Claude BERGER (PN)
    BESTHEIM
    DUSSOURT
    Fernand ENGEL (PN)
    Ch.et D. FREY (PN)
    GILG
    Georges KLEIN
    Aline et Rémy SIMON
    Claude BLÉGER
    Robert HEYBERGER
    REINHART
    André VIELWEBER
    ZOELLER
    VENDANGES TARDIVES (et SGN)
    GRESSER
    HAEGI
    HAULLER
    Cave HUNAWIHR
    KIEFFER
    Gérard METZ
    MUHLBERGER
    SCHAEFFER-WOERLY
    ZOELLER
    Fernand ENGEL
    Ch.et Dom. FREY
    SAINT-RÉMY
    SCHLÉRET
    Claude BERGER
    (Cave KAES)
    DUSSOURT
    René FLECK

    Millesimes
    Vins du Siècle

  • Le Saumur-Champigny à table

    Saumur-Champigny. Des rouges que la plupart des dégustateurs apprécient avec du mouton, un magret, voire un faisan pour un millésime plus ancien.

    Le vignoble de Saumur-Champigny (1 520 ha) est la première appellation d’origine contrôlée à s’être engagée sur un programme d’implantation de biodiversité sur l’ensemble de son terroir. Voilà plus de deux ans, les viticulteurs se sont unis pour implanter un réseau de Zones Écologiques Réservoirs (ZER), sur les neuf communes de l’appellation (Chacé, Dampierre-sur-Loire, Montsoreau, Parnay, Saint-Cyr en Bourg, Saumur, Souzay-Champigny, Turquant et Varrains). Aucun apport de pesticides ni de fertilisants permet une régulation naturelle de l’agro-système viticole. Pour les viticulteurs qui s’engagent dans ce processus de rétablissement de l’équilibre biologique, cela implique de stimuler et d’augmenter la biodiversité en plantant un réseau de haies d’arbustes aux essences diverses pour abriter les oiseaux et les insectes. Sous la bannière du Comité des Vins d’Anjou et de Saumur (CIVAS) et du Syndicat Viticole des Côtes de Saumur, les vignerons se sont alors réunis en association depuis 1980 pour promouvoir l’appellation Saumur-Champigny puis se sont structurés en un Syndicat depuis 1996 avec pour autre mission la mise en place des Agréments et le respect des règles strictes qui régissent les Appellations d’Origines Contrôlées. Cette appellation bénéficie de nombreux paramètres qui valorisent la culture de la vigne qui s’étage en coteaux le long de la Loire, la richesse argilo-calcaire de son terroir et la présence du tuffeau en sous-sol, cette roche calcaire du crétacé supérieur absorbe les précipitations hivernales et les restitue ensuite parcimonieusement durant les périodes de sécheresses évitant ainsi aux raisins de souffrir. Ce terroir a la particularité d’emmagasiner les fortes chaleurs de la journée et de les restituer durant la nuit, d’où le nom latin “Campus ignis” qui signifie champ de feu. Toujours soucieux de préserver la typicité du terroir et la personnalité unique de ses vins, le Syndicat des producteurs de Saumur-Champigny soutient les viticulteurs qui perpétuent un vrai savoir-faire sur un terroir historique puisqu’on y cultive la vigne depuis le Moyen-Âge. Ce sont, en effet, les moines qui plantèrent le Cabernet franc tout autour de l’Abbaye de Fontevraud.

    Domaine des AMANDIERS

    Domaine des AMANDIERS

    (SAUMUR-CHAMPIGNY)
    Marc Rideau
    2, rue du Moulin Château-Gaillard
    49730 Turquant
    Téléphone :02 41 51 79 81
    Télécopie : 02 41 51 79 81
    Email : domaineamandiers@orange.fr

    Valeur sûre avec ce Saumur-Champigny cuvée Amande 2008, pur Cabernet franc, aux arômes subtils où dominent les sous-bois et la violette, un vin alliant finesse et charpente, d'une belle persistance aromatique. Son Saumur-Champigny 2007, issu de vieilles vignes, où se mêlent la mûre et le cassis, la finesse et la structure, corsé comme il le faut, de bouche savoureuse, un vin riche en bouquet comme en matière. Le Saumur Blanc cuvée Pastel 2008 (âge moyen des vignes 40 ans, vendanges manuelles, fermentation en petites cuves) développe un nez ample et très typé Chenin, d'une belle vivacité aromatique, aux arômes de noix et de genêt, de robe brillante, avec une bouche qui s'impose tout en finesse, des nuances de noix fraîche et de pomme, sur une finale suave très agréable.

    Clos des CORDELIERS

    Clos des CORDELIERS

    (SAUMUR-CHAMPIGNY)
    Sébastien Ratron

    49400 Champigny
    Téléphone :02 41 52 95 48
    Télécopie : 02 41 52 99 50
    Email : domaine-ratron@clos-des-cordeliers.com
    Site : www.clos-des-cordeliers.com

    Toujours au sommet. Ce sont les moines franciscains qui cultivèrent les premiers la vigne ici. Acheté à l'État par la famille de Mme Amouroux au moment où tous les biens des communautés religieuses furent aliénés, ce clos était déjà cité parmi les crus les plus renommés pour son vin rouge. Assiduité et amour du métier permettent aux frères Ratron de perpétuer cette réputation. Aux Cordeliers (19 ha), le départ végétatif est précoce, et les gelées de printemps fréquentes, il a été nécessaire d'équiper l'ensemble des vignes d'un système de chauffage protecteur. Les sols sont pauvres et parfaitement drainés, exigeant de la vigne souffrance et efforts, pour créer l'extrême finesse des tanins. Les rendements sont maîtrisés par la taille et surtout par l'enherbement entre les rangs qui permet un contrôle optimal de la vigueur et de l'absorption de l'excès d'eau. Superbe Saumur-Champigny cuvée Prestige 2007, issu d'un terroir argilo-calcaire, caractéristique du Cabernet franc (vendanges manuelles, tris, vinification spécifique à froid...), toujours très typé, un vin de bouche puissante, corsé comme il se doit, tout en bouche, riche et parfumé (fruits frais, humus...), légèrement poivré en finale. Le Tradition 2008 est tout en structure et parfums, au nez de petits fruits frais (fraise, framboise), ample et persistant, il est dense et riche en bouche. Autre réussite, ce Cabernet De Saumur rosé 2008, où le fruit est présent au nez comme en bouche, vraiment charmeur comme ce Crémant De Loire rosé Millésimé 2007, de mousse fine, qui allie richesse aromatique et persistance en bouche, avec des notes de pivoine et de fruits rouges, un joli vin tout en arômes, à déboucher sur des desserts aux fruits.

    Domaine de la GUILLOTERIE

    Domaine de la GUILLOTERIE

    (SAUMUR-CHAMPIGNY)
    Patrice et Philippe Duveau
    63, rue Foucault
    49260 Saint-Cyr-en-Bourg
    Téléphone :02 41 51 62 78
    Télécopie : 02 41 51 63 14
    Email : chateaulaguilloterie@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateaulaguilloterie
    Site : www.domainedelaguilloterie.com

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Patrice et Philippe Duveau, représentant la 3e génération, gèrent ce vignoble qui s'étend sur 50 ha. Sur ce sol argilo-calcaire, les cépages s'épanouissent pour donner des Vins expressifs et de caractère, bien typés. Beau Saumur-Champigny cuvée des Loges 2007, issu de vieilles vignes, il est bien charpenté, au nez expressif de violette et de sous-bois, dense et rond à la fois, de bouche épicé en finale, un vin d'excellente évolution. Goûtez le Saumur Blanc 2008, ample, franc, frais, typé, riche et séduisant, aux notes de noix fraîche, de bouche ronde. Excellent Crémant De Loire brut (Chenin et Chardonnay), avec des notes de fruits frais et d'acacia, de mousse fine et abondante, parfait sur les desserts aux fruits.

    Domaine de la PETITE CHAPELLE

    Domaine de la PETITE CHAPELLE

    (SAUMUR-CHAMPIGNY)
    Laurent Dézé
    4, rue des Vignerons
    49400 Champigny
    Téléphone :02 41 52 41 11
    Télécopie : 02 41 52 93 48
    Email : deze.laurent@orange.fr

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés, en blanc comme en rouge. Un vignoble familial (depuis 4 générations) qui s'étend sur 28 ha sur des sols argilo-calcaires très caractéristiques de son appellation. Remarquable Saumur-Champigny Tradition 2008, tout en couleur et en matière, aux notes de sous-bois et de fruits rouges mûrs, de bouche ample et fondue, tout en charme. Le Saumur-Champigny Les Chaneluzes 2002, équilibré, parfumé, aux tanins fermes, au nez de cassis et d'épices, allie puissance et souplesse, un vin subtil, de fort belle évolution. Joli Cabernet D'anjou demi-sec 2009, de jolie robe brillante, de bouche ample et fruitée, très agréable sur un plat épicé. Le Crémant De Loire blanc brut, au nez subtil, de jolie mousse, aux arômes de noisette et de pain grillé, est tout en bouche intense comme ce Joli Crémant De Loire brut rosé, tout en finesse d'arômes. Superbe Saumur Blanc Volupté 2008, un vin où la fraîcheur s'allie à la distinction, épicé, puissant, bien persistant, vraiment savoureux.

    Château de TARGÉ

    Château de TARGÉ

    (SAUMUR-CHAMPIGNY)
    Édouard Pisani-Ferry

    49730 Parnay
    Téléphone :02 41 38 11 50
    Télécopie : 02 41 38 16 19
    Email : edouard@chateaudetarge.fr
    Site : www.chateaudetarge.fr

    Belle demeure flanquée de 4 tours à flanc de coteau, et un domaine superbement situé sur la partie particulièrement calcaire qui domine la Loire. Vignoble de 21 ha (96 % de Cabernet franc et 4 % de Cabernet-Sauvignon), et 3 ha en blanc (Chenin). “J'amplifie mon engagement pour le respect de l'environnement, nous dit ce propriétaire passionné, en prenant comme conseillers Claude et Lydia Bourguignon, et suis fier de participer à l'opération de l'appellation Saumur-Champigny qui est la 1re en France à engager un programme de biodiversité en plantant collectivement 9 km de haies.” Superbe Saumur-Champigny Château de Targé 2007, de couleur rubis, aux parfums de cassis et de poivron, de bouche corsée, un vin structuré, dense et ample en bouche, de garde. La cuvée Ferry 2005 est un vin complet, aux tanins présents, très harmonieux et puissants, au bouquet subtil et ample (violette, pruneau), long en bouche, à déboucher sur un confit. Intense, le Saumur-Champigny Quintessence Vieilles Vignes 2006, est de bouche pleine et riche, de robe grenat, fruité (griotte, mûre...), d'une belle persistance aromatique, de garde. Goûtez aussi le Saumur Fresnettes blanc 2007 (Chenin, issu de tris sur de petits rendements et d'un élevage total en barriques), d'une très grande finesse, racé, au nez puissant (acacia, fougère, pomme), de bouche parfumée et ample comme le Coteaux De Saumur Chenin blanc mœlleux 2007, un vin où l'onctuosité s'allie à la distinction, épicé, tout en bouche, vraiment savoureux. Excellent Saumur brut, une cuvée de jolie bouche persistante, de mousse intense et fruitée dominée par la pomme et le pain grillé, tout en finesse au palais.
  • Ce qu'il faut savoir sur les millésimes avant de déboucher une bouteille

    La vraie carte des millésimes : la Vintage Code ©

     

    Comment lire ce tableau

    Qu’est-ce qui la différencie de la multitude des autres cartes où les étoiles se mélangent aux notes ?

    Deux choses :

    - La première c’est la rigueur, la sévérité même avec laquelle j’ai noté la qualité intrinsèque des millésimes, c’est-à-dire de la vendange. C’est la note du bas, en noir.

    - La seconde chose, le “plus” de la Table Vintage Code, c’est sa seconde note (celle du haut, en Bordeaux). Pour la première fois au monde, j’ai fait entrer un paramètre primordial : la valeur de la dégustation actuelle de chaque millésime !

    Pour 2010, c’est bien entendu une estimation de la qualité de la vigne qui est prise en compte, au moment où je “boucle” mon Guide, début Juillet. Cette note est donc appelée à évoluer et à s’affiner selon les conditions climatiques des mois qui précèdent les vendanges.

    Comprendre l’évolution

    Pour les vins, en effet, la qualité du millésime n’est pas suffisante en soi, c’est son devenir, son potentiel qualitatif, dans le temps, qui importe le plus. Il y a toujours un moment où les vins sont bons dans leur cycle de vie, Il n’y a pas de mauvais millésimes, il n’y a que des millésimes « délicats » ! Chaque année, cette note change, et il s’agira donc de noter, différemment ou non, selon l’évolution des vins, leur réelle valeur du moment.

    Prenons des exemples :

    - À Bordeaux, le millésime 1998 – que j’ai noté 15 en valeur intrinsèque – est un grand millésime, très classique, encore austère, dans la lignée du 1988. Aujourd’hui, ce millésime se goûte difficilement. Dans la Vintage Code 2010, j’ai donc noté un 14 sur 20, qui signifie que ce millésime peut vous procurer du plaisir, mais qu’il vaut mieux attendre encore un peu, car il a, normalement, un réel potentiel de garde...

    LIRE LA SUITE

  • Le plaisir du Pouilly-Fuissé

    Situé au sud-est de Mâcon, il est, avec ses 25 ha, le plus petit vignoble de la Bourgogne du Sud. L’appellation s’étend exclusivement sur la commune de Loché.

    Vins AUVIGUE

    Vins AUVIGUE

    (POUILLY-FUISSÉ)
    Jean-Pierre Auvigue
    Le Moulin-du-Pont
    71850 Charnay-lès-Mâcon
    Téléphone :03 85 34 17 36
    Télécopie : 03 85 34 75 88
    Email : Vins.Auvigue@wanadoo.fr

    Très séduisant Pouilly-Fuissé Vieilles Vignes 2007, tout en fruits et finesse, ample, aux nuances subtiles de pomme et de fruits secs, de bouche suave, de jolie teinte dorée, mêlant finesse et structure, un beau millésime. Le 2006 est de belle robe, au nez de noisette et de pêche, bien rond, de bouche intense, ample au palais, un vin subtil, sec et moelleux à la fois, vraiment réussi. Le Pouilly-Fuissé Les Chailloux 2007 est très équilibré, de bouche fruitée, légère et ronde à la fois, aux nuances de tilleul et de pêche. Très bon Mâcon Solutré cuvée Fût de Chêne 2008, suave au nez comme en bouche, tout en rondeur, finement bouqueté avec des notes de noisette.

    Domaine Roger LUQUET

    Domaine Roger LUQUET

    (POUILLY-FUISSÉ)

    Rue du Bourg
    71960 Fuissé
    Téléphone :03 85 35 60 91
    Télécopie : 03 85 35 60 12
    Email : domaine@domaine-luquet.com
    Site : www.domaine-luquet.com

    Un domaine de 24 ha. La 4e et la 5e génération travaillent côte à côte. Roger (qui reste conseiller privilégié) et Renée Luquet, les parents, Christine et Patrick, leurs enfants, et Thierry, le mari de Christine. Tout en finesse d'arômes, leur Pouilly-Fuissé Terroir 2008, qui porte bien son nom, est un vin minéral avec des senteurs d'amande et de pomme, associant nervosité et souplesse en bouche. Le Pouilly-Fuissé Vieilles Vignes 2008, typé par son sol argilo-­calcaire, est un millésime très structuré, avec des arômes d'agrumes et de chèvrefeuille, de bouche très persistante, qu'il faut savoir attendre un peu. Excellent Saint-Véran Tradition 2008, au nez franc et puissant, réussi comme le Mâcon-Villages Clos de Condemine blanc 2008, provenant d'un sol argilo-siliceux (4,30 ha), en léger coteau, au nez de tilleul, un vin de bouche fraîche et souple où l'on retrouve des connotations de fleurs fraîches. Goûtez le Crémant de Bourgogne (100 % Chardonnay), aux notes de pêche et de pain grillé, de mousse crémeuse, à ouvrir à l'apéritif comme sur un dessert.

    Jean-Paul PAQUET

    Jean-Paul PAQUET

    (POUILLY-FUISSÉ)

    Les Mollard, Domaine de Fussiacus
    71960 Fuissé
    Téléphone :03 85 27 01 06
    Télécopie : 03 85 27 01 07
    Email : fussiacus@wanadoo.fr
    Site : www.fussiacus.com

    Toujours très bien classé. Domaine de 18 ha, dont le vignoble s'étend sur de petites collines orientées est-sud-est (200 à 300 m d'altitude). Remarquable Pouilly-Fuissé Domaine de Fussiacus 2007, issu de vieilles vignes plantées sur un sol argilo-calcaire (40 hl/ha), bien élevé en fûts de chêne durant 10 mois, un vin où la structure s'allie à l'élégance, de bouche subtile aux nuances de noisette grillée, de lis, de poire et d'amande fraîche, gras et sec à la fois comme il se doit, d'excellente évolution. Joli Pouilly Vinzelles blanc 2008, très complexe, légèrement épicé, gras et nerveux à la fois, de très bonne garde. Le Bourgogne Chardonnay Château de Chaintré est de bouche intense où dominent les agrumes et les petits fruits secs.
  • Le Chablis à table !

    Chablis. Ampleur, suavité, vivacité et persistance aromatique pour ces Crus de Chablis, à déguster sur des Poissons de rivière, des langoustines flambées ou une côte de porc charcutière.

     

     

    Domaine du CHARDONNAY

    Domaine du CHARDONNAY

    (CHABLIS)
    E.Boileau, W.Nahan et Ch.Simon
    Moulin du Pâtis
    89800 Chablis
    Téléphone :03 86 42 48 03 
    Télécopie : 03 80 42 16 49 
    Email : info@domaine-du-chardonnay.fr
    Site : www.domaine-du-chardonnay.fr

    Un vignoble de 36 ha. Très typé, le Chablis Premier Cru Montmains 2008, avec ses notes d'aubépine, est tout en bouche, gras et suave, un vin de jolie teinte, intense, parfumé, charmeur, très bien équilibré, d'une belle harmonie, savoureux comme ce Premier Cru Vaillons 2008, de très bonne minéralité, un millésime très structuré, avec des arômes d'agrumes, un vin très typé. Le Chablis Premier CruVosgros 2008, est de bouche pleine, avec des parfums très fins et rafraîchissants d'agrumes, de menthe, de miel, d'une belle persistance. Le Premier Cru Vaugiraut, fort bien élevé, est gras et complexe au nez comme en bouche, marqué par des nuances de pain grillé, de fruits blancs mûrs et de noisette. Joli Chablis 2008, avec des notes de fruits et de fleurssec etsuave à la fois, très bien vinifié comme le Petit Chablis 2008, un vin très réussi (ce qui n'est pas si fréquent, francfloral, très abordable, à déboucher sur des crevettes.

    Domaine Daniel DAMPT et Fils

    Domaine Daniel DAMPT et Fils

    (CHABLIS)

    1, rue des Violettes
    89800 Milly
    Téléphone :03 86 42 47 23 
    Télécopie : 03 86 42 46 41 
    Email : domaine.dampt.defaix@wanadoo.fr
    Site : www.dampt-defaix.com

    Domaine de 27 ha, lignée de vignerons depuis plus de 150 ans, qui tiennent à conserver à leur domaine un caractère familial traditionnel. Typé, ce ChablisPremier Cru Fourchaume 2008 est à dominante de fleurs fraîches, de fruits jaunes et de tilleul, un vin gras et nerveux à la fois, riche au nez comme en bouche. De bellerobe dorée, le Chablis Beauroy 2008, développe un nez très élégant, soutenu par des senteurs persistantes d'agrumes et d'amande grillée. Le Chablis Premier Cru Vaillons 2008, gras, est très fruité, avec beaucoup de finesse, et des connotations d'amande et de vanille en finale. Remarquable Chablis Grand Cru Bougros 2008, élevé en fûts, d'une grande puissance avec beaucoup de minéralité, aux arômes délicats de noisette et de poire, de miel d'acacia, de fleurs blanches, d'une très grande finesse, un vin ample et suave. Joli Chablis 2008, où la fraîcheur s'allie à la rondeur, un vin très réussi,franc et floral, ce qui n'est pas si courant dans l'appellation.

    Sarl Alain GEOFFROYCHABLIS Sarl Alain GEOFFROY

    Sarl Alain GEOFFROY

    (CHABLIS)
    Nathalie Geoffroy
    4, rue de l'Equerre
    89800 Beines
    Téléphone :03 86 42 43 76 
    Télécopie : 03 86 42 13 30 
    Email : info@chablis-geoffroy.com
    Site : www.chablis-geoffroy.com

    Alain Geoffroy perpétue un savoir-faire ancestral (depuis 5 générations, 45 ha). Il a su s'entourer d'une équipe jeune et passionnée pour faire évoluer et pérenniser ce magnifique patrimoine familial : son épouse, Cathy Geoffroy (directeur général), sa fille, Nathalie (responsable commerciale France), le responsable de cave, Cyrille Mignotte, et le directeur export, Pascal Sailley. Beau Chablis Premier Cru Fourchaume 2008, très bien élevé, un vin dense et parfumé, tout en bouche, fleurant bon les amandes et les fleurstypé, où s'entremêlent les épices et la vanille, qui associe structure et onctuosité en bouche, d'excellente évolution. Savoureux 2007, typé, au nez de coing et de pain grillé, tout en bouche, riche en arômes comme en charpente, d'une grande finesse, avec au palais des nuances de tilleul et d'abricot sec, un grand vin onctueux, tout en puissance et subtilité. Le 2006, de bouche subtile à dominante de fleurs fraîches (tilleul) et d'amande grillée, d'une belle complexité aromatique, un vin qui emplit bien la bouche, typé, savoureux, de très belle évolution. Le 2005, de jolie robedorée, est riche et fin à la fois, aux notes subtiles de rose et de pain grillé, de bouche soyeuse et typée, d'excellente évolution. Beau Chablis Premier Cru Beauroy 2006, élevé en fûts de chêne (vignes de 30 à 45 ans, sol kimméridgien,vinification classique en cuves thermo-régulées et élevage en cuves), de bouche délicate aux nuances de chèvrefeuille et de fruits fraissec et souple à la fois, un vin qui sent la pomme mûre et les noisettes, d'une jolie finesse, d'une belle longueur. Le Chablis Premier Cru Vau-Ligneau 2007, au nez fin, allie structure et distinction, bien équilibré en aciditévif et tout en nuances, idéal sur un saumon fumé. Très bon Chablis Vieilles vignes 2007, sec et moelleux à la fois, qui fleure les noisettes. Visitez leur musée de la vigne et du tire-bouchon.

    Domaine HEIMBOURGER Père et Fils

    Domaine HEIMBOURGER Père et Fils

    (CHABLIS)
    Olivier Heimbourger
    Rue de la Porte-de-Cravant
    89800 Saint-Cyr-les-Colons
    Téléphone :03 86 41 40 88 et 06 19 58 54 84 
    Télécopie : 03 86 41 48 83 
    Email : heimbourger@wanadoo.fr

    Un suave Chablis cuvée Pierre 2008, cuvée vieillie en fûts de chêne, un vin où la structure s'allie à l'élégance, de bouche subtile aux nuances de pamplemousse, de chèvrefeuille et d'amande fraîche, une réussite de ce millésime. Joli et classiqueChablis 2008, harmonieux, aux notes de fruits frais (abricot) et de tilleul. Excellent Irancy cuvée Pierre rouge 2007, (Pinot Noir majoritaire et 5% de César), riche en couleuréquilibré, parfumé (cassis,humus, réglisse), de bouche fondue, un vin bien corsé, qui poursuit son évolution. L'Irancy 2007, Burgundia d'Or 2008, élevage pour 40% en fûts de chêne durant 11 mois, aux senteurs de fruits mûrs et de fumé, de couleur pourpre intense, associe gras et intensité. Le Bourgogne rouge Pinot Noir 2007, tout en nuances, coloré, charpentébouqueté, aux taninsfondus, très réussi comme le Bourgogne Passetoutgrain rouge 2008.

    Sylvain MOSNIER Earl

    Sylvain MOSNIER Earl

    (CHABLIS)

    36, route Nationale
    89800 Beines
    Téléphone :03 86 42 43 96 et 06 68 37 92 99 
    Télécopie : 03 86 42 42 88 
    Email : sylvain.mosnier@libertysurf.fr

    Une exploitation de 17 ha où l'on élève soigneusement ce Chablis Premier CruBeauroy 2008, de jolie robe dorée, de bouche parfumée et persistante, avec ces connotations de fruits jaunes fraissec et moelleux à la fois, suave comme il se doit et d'une jolie finale épicée. Beaucoup de structure et d'élégance pour le 2007, de bouche subtile aux nuances de pamplemousse, de chèvrefeuille et d'amande, savoureux. Excellent 2006, d'une robe aux reflets or pâle, d'un nez de pêche de vigne, tout en rondeur, onctueux un vin trèstypé, vraiment charmeur. Le Chablis Vieilles Vignes 2008, bien élevé en fûts, un vin harmonieux, aux notes de fruits frais(abricot) et de tilleul, allie élégance et puissance, comme le 2007, de bouche veloutée, classique, d'une belle fraîcheur persistante. Goûtez le Chablis Premier Cru Côte de Léchet blanc 2008, aux nuances de tilleul et de miel, tout en bouche, un vin de jolie teinte. Joli Petit Chablis 2008.

    Domaine de la MOTTE

    Domaine de la MOTTE

    (CHABLIS)
    Jean Michaut
    35, Grande Rue
    89800 Beines
    Téléphone :03 86 42 43 71 
    Télécopie : 03 86 42 43 43 
    Email : domainedelamotte@wanadoo.fr
    Site : www.chablis-michaut.com

    Un domaine de 25 ha de vignes. Coup de cœur pour leur Chablis Premier CruBeauroy 2007, avec une note minérale, très élégant, de belle matière, riche enarômes, avec ces senteurs caractéristiques du terroir de lis, de rose et de miel d'acacia, un vin ample et gras au palais. Le 2006 est un vin suave, de bouche intense, aux connotations de fleurs blanches fraîches (aubépine) et de rose, riche au nez comme en bouche, tout en nuances aromatiques. Beau Chablis Premier CruVauligneau 2008, onctueux en bouche, très harmonieux, encore très jeune, bien fruité, avec beaucoup de finesse, et, en bouche des connotations de noix et de miel, de garde. Excellent Chablis Vieilles vignes 2008, vignes de 40 ans et plus, unfaible rendement qui permet la concentration des arômesvin riche qui permet une conservation plus longue, aux notes defruits secs, riche, tout en charme et parfums. Le Chablis 2008, de bouche très subtile avec des nuances de fruits frais, tout en vivacité, est à découvrir sur des escargots de Bourgogne, bien sûr.

    Jean-Marie NAULIN

    Jean-Marie NAULIN

    (CHABLIS)

    30, rue de la Voie-Neuve
    89800 Beines
    Téléphone :03 86 42 46 71 et 03 86 42 40 95 
    Télécopie : 03 86 42 12 74 
    Email : domainenaulin@orange.fr

    Beau Chablis Premier Cru Beauroy 2007, aux arômes de noisette grillée, de robejaune aux reflets d'or, puissant et élégant à la fois, tout en suavité, de bonne bouche équilibrée, aux notes de pêche et de pain grillé, très bien élevé, vraiment très abordable. Le 2006, au bouquet fleuri, avec ces notes de noisette et de miel, puissant, tout en délicatesse, très ample au palais, un grand vin racé, vraiment remarquable par sa structure et sa longueur en finale. Le 2005 est tout en finesse aromatique, au nez caractéristique de tilleul et d'amande, qui allie rondeur et nervosité. Excellent Chablis 2008, de bouche veloutée, où s'entremêlent des notes d'amande, de pêche et de bruyère, unvin harmonieux, d'un bel or pâle brillant, classique, d'une belle fraîcheur persistante.

    Domaine PINSONCHABLIS Domaine PINSON

    Domaine PINSON

    (CHABLIS)
    Laurent et Christophe Pinson
    5, Quai Voltaire
    89800 Chablis
    Téléphone :03 86 42 10 26 
    Télécopie : 03 86 42 49 94 
    Email : contact@domaine-pinson.com
    Site : www.domaine-pinson.com

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Les sympathiques Laurent et Christophe Pinson sont passionnés par leur métier deviticulteurs et en parlent avec talent et enthousiasme. Nous avons pu constater sur place les efforts entrepris (magnifique nouveaucuvier, salle de réception voûtée...) pour rester au top. Superbe Chablis Grand Cru Les Clos2007, aux senteurs de fleur d'acacia et de tilleul, associant structure et finesse, tout en harmonie, onctueux et riche, un très grand vin de bouche intense, de grande évolution. Le Chablis Premier Cru Fourchaume 2007 est dans la lignée, de robe jaune pâle aux reflets d'or, un vin tout en arômes et persistance, avec ces nuances spécifiques de pomme mûre et d'amande grillée, d'une belle onctuosité en bouche, un vin gras et subtil, de garde. Savoureux ChablisPremier Cru La Forêt 2007, exprimant au mieux ce terroir spécifique, un vin racé,minéral et dense, très parfumé et complexe, de robe brillante, riche au nez comme en bouche, tout en nuances d'arômes (genêt, pêchecannelle), un vin avec beaucoup de potentiel, de garde, naturellement. Le 2005, d'une grande intensité, un vin ample, avec des notes florales et fruitées, associe élégance et puissance, d'une grande persistance au nez comme en bouche. Le Premier Cru Mont-de-Milieu 2007, où lafinesse prédomine, est gras et complexe, marqué par des nuances de pain grillé, defruits blancs mûrs et de noisette, un vin tout en rondeur, très charmeur sur une cuisine assez relevée. Le 2005 est un vin tout en structure et parfums, au nez defleurs blanches et de noisette, très fruitééquilibré et harmonieux, de très bonne évolution, de bouche onctueuse. Remarquable Chablis Premier Cru Vaillons 2008, complexe et parfumé, onctueux en bouche, aux notes subtiles de fruits frais et de noisette, très équilibréharmonieux, tout en bouche, riche, un vin de terroir. Le 2005 est d'une grande complexité de parfums (amande, épices, brioche), tout en bouche comme ce Chablis Premier Cru Montmains 2007, marqué par son terroir qui lui transmet des notes minérales, l'un des meilleurs dégustés cette année, avec des notes de noisette, et d'agrumes, d'un bel équilibre entre la fraîcheur, la rondeur et lefruitéSuave 2005, où dominent les fruits mûrs et les petits fruits secs, tout en persistance aromatique.

    Earl Domaine Guy ROBINCHABLIS Earl Domaine Guy ROBIN

    Earl Domaine Guy ROBIN

    (CHABLIS)
    Jean-Pierre et Marie-Ange Robin
    13, rue Berthelot
    89800 Chablis
    Téléphone :03 86 42 12 63 
    Télécopie : 03 86 42 49 57 
    Email : info@domaineguyrobin.com
    Site : www.chablis-guyrobin.com

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. “Nous commercialisons des millésimesrelativement anciens, c'est notre philosophie, nous dit Marie-Ange Robin. Ici, nous sommes des conservateurs pour le plus grand bonheur de nos clients. Nous pouvons nous permettre de garder les Vins et préférons les stocker convenablement et les surveiller dans nos caves, plutôt que de les mettre sur le marché trop tôt. Par exemple, notre Grand Cru Valmur 2001, absolument fabuleux à boire maintenant (il nous reste quelques magnums 2000, sublimes). Le Premier Cru Montée de Tonnerre 2005 est vraiment extraordinaire, le 2006 est dans la lignée, très prometteur. Notre force, dans ces appellations où nous avons le plus d'hectares, ce sont ces parcelles particulièrement bien situées à la limite des Grands Crus. Il nous reste très peu de Montmains 2001, un vin qui procure beaucoup de plaisir aujourd'hui, après 6 ans de bouteille. Nous n'avons pratiquement plus de 2003, qui est très charmeur. Actuellement, Montmains 2005 est disponible, c'est un grand millésime, très beau, riche d'une belle minéralité, tout en longueur, de grande garde, alors que le 2006, développant des notes de violette et de sous-bois, est un millésime très minéralpleinfrais. Blanchot, Les Clos et Valmur 2004 sont eux aussi vraiment délicieux. Le 2000 est d'une bellecouleur jaune d'or, les Vins sont très parfumés au nez comme en bouche, un délice, des Vins très typés aux notes de sous-bois très caractéristiques. Les 2001 peuvent être bus maintenant, ce sont des Vins très prenants. À découvrir absolument : Blanchot 2004 et 2005, Les Clos 2004 et 2005, Bougros 2004, qui sont des Vins plus flatteurs, à boire avant les 2005, desVins de garde.” Il y a donc cet envoûtant Chablis Grand Cru Vaudésir 2007, tout en charpente, parfumé, fin et riche à la fois, avec des notes subtiles de pain grillé et d'agrumes, de garde. Le 2006, tout en distinction, riche en arômes comme en charpente, d'une grande ampleur aromatique en bouche (aubépine, pêche, noisette), très typé, un grand vin qui allie parfaitement puissance et souplesse, encore fermé, bien sûr. Rare Grand Cru Bougros 2005, aux senteurs d'amande grillée, de robe jaune aux reflets d'or, un vin puissant et distingué à la fois, riche au nez comme en bouche, très harmonieux. Le Chablis Grand Cru Les Clos 2006 est issu de vignes de 43 ans situées sur la rive droite du Serein, sol de colluvionsargilo-calcaires très caillouteux sur sous-sol kimméridgien, sud-sud-ouest. Le vin est une réussite, complexe et dense, aux notes de tilleul et de petits fruits frais, à découvrir sur des quenelles de brochet. Le Chablis Premier Cru Montmains Vieillesvignes 2006, à dominante de fleurs blanches et de petits fruits secs, est un vin puissant et raffiné à la fois, de garde, parfait sur un bar. Superbe Chablis Grand Cru Vieilles vignes Valmur 2006, au nez intense, floral (narcisse), avec une pointe de fumé et de rose, un vin dense, tout en finesse, de bouche onctueuse, d'une longue finale. Goûtez le Chablis Premier CruMontée de Tonnerre Vieilles vignes 2005, un vin minéral, avec des arômes de fougère et de fruits frais, riche, savoureux etplein, qui associe charnu et suavité. Excellent Chablis Marie-Ange Robin Vieilles vignes 2007, avec ces nuances de chèvrefeuille et de pêche blanche, de bouche fondue et persistante. Le Chablis Premier Cru Vaillons 2006, est ample et distingué, très fin en bouche, un vin très équilibré, aux saveurs caractéristiques, de fumé, de musc et de miel, suave comme il se doit, d'excellente évolution. Puissant Chablis Grand Cru Blanchot Vieilles vignesgrasmoelleux, très typique de sonterroir, intense au nez comme en bouche, avec des notes de grillé et de rose, nerveux et savoureux à la fois, de garde.

    Gérard TREMBLAYCHABLIS Gérard TREMBLAY

    Gérard TREMBLAY

    (CHABLIS)
    Famille Tremblay
    12, rue de Poinchy
    89800 Chablis
    Téléphone :03 86 42 40 98 
    Télécopie : 03 86 42 40 41 
    Email : gerardtremblay@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/gerardtremblay

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Ici, on s'attache, en famille, à laisser s'exprimer au mieux chaque parcelle, et aucun cru ne ressemble à un autre. Gérard Tremblay, en-dehors d'être devenu une référence incontournable de la région, peut être satisfait d'avoir su transmettre, avec son épouse, Hélène, à leurs enfants la même “fibre” pour élever de grands Vins typés (il leur a aussi transmis sa passion pour les courses automobiles, étant ancien champion lui-même). On ne peut que savourer ce formidable Chablis Grand Cru Vaudésir 2007, où la finesse prédomine, ferme et concentré, tout en bouche, onctueux, très parfumé, très fin, tout en nuances aromatiques, de bonne bouche persistante, qu'il faut, évidemment, savoir attendre pour profiter de son véritable potentiel. “Le 2007 se goûte remarquablement, précise Marylise Tremblay. C'est un millésimequi ressemble aux 2004 et 2000, avec une belle homogénéité. On revient aux sources, à la vraie typicité des Chablis. Avec mon père, nous avons dégusté récemment un 1985 et tout le monde a été épaté par cette fraîcheur qui subsiste dans nosChablis de garde. Nous avons analysé l'acidité du 1985 qui était tout à fait comparable à celle du 2007, et cela nous a fait plaisir car c'est un gage de qualité. L'acidité, c'est comme les os pour un être humain, cela permet aux Vins blancs d'aller très loin dans le temps, sans acidité, il n'y a pas de vin de garde.” Remarquable 2006, très typé, riche en arômes de fleurset de fruits confits, d'une belle longueur, d'une grande richesse, complexe, au nez intense, avec ces connotations en finale de lis, de rose et de musc, un vin ample et gras. Le 2005, d'une grande intensité, tout en subtilité d'arômes, de belle teinte dorée, aux nuances de fruits bien mûrs, avec des notes d'amande, de fumé et de rose, légèrement miellé, d'une belle élégance et d'une grande richesse, à savourer sur une cuisine riche. Le 2004 est d'une grande finesse en bouche, un vingras et onctueux, très typé, d'une grande palette aromatique, très complexe, légèrement épicé, avec cette finale impressionnante où s'associent le musc, la brioche et les fruits frais, très riche en arômes comme en structure, rond etnerveux à la fois, de garde, parfait sur un homard. Très beau Chablis Premier Cru Beauroy 2005, un très grand vin typé, où s'entremêlent le chèvrefeuille et la noix, avec une note de pomme mûre, de couleur soutenue, un vin délicat et riche, marqué par son terroir, tout en charpente, très équilibré comme nous les aimons, d'excellente évolution. Vous apprécierez tout autant le Premier Cru Côte de Léchet 2007, d'une belle complexité aromatique, intense et distingué à la fois, tout en rondeur, de garde, très bien élevé, un vin dense et parfumé. Le 2006, aux nuances de petits fruits frais (coing, pêche), d'une belle onctuosité, d'un bel équilibre en finale, est vraiment charmeur, à découvrir sur des langoustines flambées. Le 2005, de bouche puissante, riche en bouquet, aux senteurs de fruits secs et de sous-bois, structuré et parfumé, est un vin d'excellente évolution, à ouvrir sur des gambas ou sur des escargots. Très beau Chablis Premier Cru Beauroy 2005, d'une très grande finesse, de belle harmonie, où s'entremêlent des senteurs de chèvrefeuille, de pomme mûre et de brioche, d'une élégance persistante en bouche, tout en charpente, très équilibré. Le Premier Cru Montmains 2006, aux nuances de fruitsmûrs, de coing notamment, de robe jaune pâle aux reflets d'or, est un vin puissant et distingué à la fois, riche au nez comme en bouche, d'une finale bien persistante. Superbe Premier Cru Fourchaume 2007, au nez élégant dominé par l'amande et le coing, avec cette touche d'acidité alliée à une rondeur agréable, de bouche délicate où s'entremêlent des notes de musc et de bruyère, un vin racé. Beau 2005, au nez minéral où dominent les agrumes et les petits fruits secs, ample et bouqueté, tout en rondeur, de bouche épicée et dense, tout en persistance aromatique, avec une pointe de musc en finale qui lui apporte toute sa structure. Pour le plaisir, ce Fourchaume 2002 : c'est un grand millésime de garde qu'il faut attendre un peu pour l'apprécier pleinement, très typé, d'une belle vivacité et homogénéité, d'une grande puissance, complexe et parfumé,onctueux, alliant nervosité et gras, où l'on trouve des notes de fleurs fraîches et de noisette, de tilleul et d'amande, très typé, très minéral, médaille d'or à Paris au Concours Agricole.
  • Vous êtes liqueurs de fruits, de plantes ou d'esprits ?

    Les liqueurs de fruits

    Les liqueurs de fruits, obtenues par macération des fruits dans l’alcool durant plusieurs mois, stabilisation par le froid et addition de sirop, sont les plus riches en vitamines (gare au régime). La plus célèbre est la crème de cassis, que l’on mélange à tort et à travers avec du vin blanc en la proposant sous le nom de Kir, sans préciser que le véritable Kir, celui du Chanoine, ne se préparait qu’avec du Bourgogne aligoté. Les autres ne méritent que le nom de vin blanc-cassis. Goûtez-la aussi seule, pour elle-même.

    Le Cherry Brandy, obtenu par macération de cerises dans de l’alcool pratiquement pur, tient la dragée haute aux autres liqueurs issues de framboises, prunes ou mirabelles. Il faut le boire pur dans un verre frais, comme la plupart des digestifs à base de fruits rouges. En Suisse, on n’hésite pas à rajouter des arômes de chocolat pour proposer un “Chéri Suisse”, dont l’exploitation du nom semble manifeste. A ce propos, les contrefacteurs sont nombreux. La palme revient à la Maison Suze (liqueur de Gentiane, à boire surtout en apéritif), qui, depuis près de deux cents ans, voit sa bouteille (caractéristique pourtant) outrageusement galvaudée. Qu’elle se rassure, comme certains bijoutiers et couturiers, on ne copie que ce qui peut en valoir la peine, et c’est une manière comme une autre de faire parler de ses produits (souvenez-vous de sa publicité).

    La Chartreuse

    En voilà une dont le secret de fabrication est bien gardé. On ne compte plus les dents que se sont cassées des copieurs coquins. Usant de leur droit divin, les frères de Voiron manient l’humour et l’absolution devant les espions envoyés des quatre coins de la planète dans leur beau monastère de la Grande-Chartreuse en Isère. Mystérieuse comme le Saint-Esprit, appréciée par les vrais amateurs ou jalousée par ses concurrents (s’il en est), la Chartreuse draine à travers ses alambics le symbole même d’une vraie liqueur.

    Elaborée dans le plus total secret à base d’herbes, de plantes et d’eau-de-vie de vins exclusivement, distillée copieusement et parfaitement, rehaussée par du miel pur ou du sirop de sucre, vieillie en fûts de chêne de Russie qui, à l’inverse de ceux du Limousin (pour le Cognac), ne lâchent pas de matières colorantes, la Chartreuse demande à être dégustée religieusement, bien sûr. Présentée soit verte (c’est ma favorite), soit jaune, plus douce, âgée de trois années au moins ou auréolée d’un Vieillissement Exceptionnel Prolongé (VEP), elle est parvenue à se moquer, à travers les siècles, de la mode ou des habitudes des consommateurs.

    Preuve qu’un élixir de longue vie (les frères chartreux en proposent aussi) a quand même besoin d’un coup de pouce du Seigneur.

    Plus terre à terre, mais apparentée quand même à quelque ancien élixir de moine, la Bénédictine n’hésite pas non plus sur la subtilité de sa composition. Pas moins de vingt-sept plantes très aromatiques sont utilisées (noix de muscade, myrte, hysope, mélisse…), séchées et réparties en différentes distillations dont on ne conserve que le cœur.

    L’essence des esprits

    Plus nombreuses, les liqueurs à base d’esprits, c’est-à-dire d’extraits d’essences et d’arômes de fruits, plantes ou autres graines et racines, sont pour les meilleures mélangées à de grands alcools. A leur tête, la liqueur de la famille Cointreau. Elaborée à partir d’une macération d’écorces d’oranges douces et amères dans de l’alcool, d’une chauffe qui permet de catalyser les vapeurs aromatiques, redistillée rigoureusement en séparant la tête et les queues de la coulée, le Cointreau est l’une des liqueurs les plus subtiles qui soient, dont la finesse et la complexité d’arômes séduisent régulièrement les femmes (c’est une référence), comme les hommes. A noter qu’il faut le goûter aussi bien sec que sur des glaçons. Si la silhouette de la bouteille de Cointreau fait saliver les amateurs de nectar de plus de 150 pays, ce qui favorise aisément les rentrées de devises étrangères pour l’Etat comme les autres marques de liqueurs qui bénéficient de cet engouement, une autre petite a réussi son impact visuel...

    LIRE LA SUITE

  • Le Classement des Vins de Graves

    Pour les Graves, il existe une variété importante de styles de vins. Cela va des crus réellement (et historiquement) exceptionnels, issus des territoires de Pessac, Martillac ou Léognan, mais aussi ceux de Podensac ou Portets, certains d’entre eux, dans les appellations Pessac-Léognan comme dans celle des Graves, bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-plaisir, d’autres crus atteignant des prix difficilement cautionnables. C’est évidemment le berceau des grands vins blancs de la région bordelaise.

     

    Guide des vins
    Millesimes

    IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
    Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en VERT)

    PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A
    Priorité à la puissance
    HAUT-BRION (PL) (b)
    LA MISSION HAUT-BRION (PL)
    HAUT-BAILLY (PL)
    SMITH-HAUT-LAFITTE (PL) (b)
    D'ARDENNES
    GRAND BOS
    GRANDMAISON (PL)
    MALARTIC-LAGRAVIÈRE (PL) (b)
    TOURTEAU-CHOLLET (b)
    CATEGORIE B
    Priorité à l'élégance
    CHEVALIER (PL) (b)
    CARBONNIEUX (PL) (b)
    LATOUR-MARTILLAC (PL) (b)
    BROWN (PL) (b)
    CHANTEGRIVE (b)
    LUCHEY-HALDE (PL)
    DE MAUVES (b)
    RAHOUL
    SEGUIN (PL)
    SOLITUDE (PL)
    LE TUQUET (b)

    CATEGORIE A
    Priorité à la puissance
    (FIEUZAL (PL))
    HAUT-CALENS
    HAUT-LAGRANGE (PL)
    HAUT-PLANTADE (PL)
    MIREBEAU (PL)
    PICQUE-CAILLOU (PL)
    ROUGEMONT
    SAINT-AGRÈVES
    (GAZIN-ROCQUENCOURT (PL)*)
    LAFARGUE (PL)
    LE PAPE (PL)*
    PEYREBLANQUES*
    CALLAC
    (MALLEPRAT (PL))
    (TRIGANT (PL)*)
    CATEGORIE B
    Priorité à l'élégance
    TOULOUZE (Graves de Vayres)*
    D'ARRICAUD
    BLANCHERIE
    BRONDELLE (b)
    PIRON
    ROSE SARRON
    SAINT-ROBERT
    (BOUSCAUT (PL))
    (COUHINS (PL))
    GRAND ABORD*
    SANSARIC
    CAILLOUX DE VALGUY
    CALENS*
    GRAVIÈRES

    TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A
    Priorité à la puissance
    ARGUIN
    (CABANNIEUX)
    MAGNEAU (b)*
    LA MOURASSE*
    (BEAUREGARD-DUCASSE*)
    BEAUSITE*
    (CAZEBONNE)
    CATEGORIE B
    Priorité à l'élégance
    BICHON-CASSIGNOLS
    (HAUT-SELVE)
    QUEYRAT
    (NAVARRO)
    TOUR BICHEAU*
    LE BOURDILLOT*
    LES CLAUZOTS
    (GAILLAT)
  • Le vin avec un... T, comme

    VADUZERVIN
    Rouge du Liechtenstein. Les 2/3 du vin produit dans la petite principauté de Liechtenstein, située entre la Suisse et l’Autriche, portent l’appellation Vaduzer, dernière du nom de sa capitale : Vaduz. Le reste provient de Schaan,Triesen et Balzers, d’où le nom des vins : Schaaner, Triesner et Balzner.

    Les premiers vignobles furent probablement établis à Liechtenstein par les Romains, et, plus tard, par des moines au début de l’ère chrétienne. En ce temps-là, le Liechtenstein n’existait pas encore. Son territoire fit d’abord partie de l’Empire romain, puis du Saint Empire romain germanique. En 1699 et 1712, les princes de Liechtenstein achetèrent la principauté sur laquelle ils règnent depuis lors. Toutes les vignes étaient alors cultivées par des moines, puis elles furent sécularisées voilà cent cinquante ans.

    Le Vaduzer est un vin rouge léger qui par sa teinte claire se rapproche du rosé. Il est fait exclusivement avec du Blauburgunder ; autrefois on cultivait aussi de l’Elbling (blanc), on essaya aussi Riesling et Sylvaner, mais on abandonna ces variétés. Les petits vignerons sont groupés dans une coopérative. Le seul domaine de Bockwingert comprend à peu près la moitié des vignes du secteur de Vasuz. Le cru le plus intéressant est Abtwinger, vignoble de la Rotes Haus.

    Valais
    Le vignoble Suisse le plus propice à la culture de la vigne (et le plus étendu), plantée sur des sols calcaires légers, bien aérés, pauvres en argile, qui se réchauffent rapidement. On y produit un rouge, le Dôle, et deux beaux blancs, le Fendant et le Johannisberg.

    VALCACEPIO
    Bon vin rouge de Lombardie, produit entre Bergame et le lac Iseo.

    Valdeorras
    A l’intérieur des terres espagnoles, en remontant vers la région de Leon, se trouve la petite appellation Valdeorras, plantée des cépages Garnacha, Mencia et Grao Negro pour les rouges, et Palomino, Dona blanca et Albillo pour les blancs. Le climat est beaucoup plus continental, avec des influences océaniques relativement importantes.

    Valdepenas
    C’est l’un des grands secteurs vinicoles de        l’Espagne, planté sur des terrains du miocène, composés d’argiles, de marnes et de sables  autour de Valdepenas, Alcubillas, Moral de Calatrava, San Carlos del Valle, Santa Cruz de Mudela, Torrenuva, Torre de Juan Abad, Granatula de Calatrava, Alhambra et Montiel.

    Les blancs issu du cépage Lairen (ou Airen) sont en l’occurrence assez peu corsés, légers en bouche, et peu alcoolisés. Quelques rosés bien faits, et surtout des rouges (cépages Airen et Cencibel) qui ont plus de corps, intenses, fruités, ronds et savoureux en bouche, très attirants par leur originalité.

    LE VIN DE A à Z
    A - B - C - D - E - F - G - H - I - J
    K - L - M - N - O - P - Q - R - S
    T - U - V - W - X - Y - Z

    Valence
    Espagne. Les Grecs et les Phéniciens importaient déjà du vin des ports de Denia et Javea, et ce commerce florissant a stimulé l’expansion du vignoble jusqu’aux autres régions. Du temps des Romains, des chroniques de Martial et Pline faisaient déjà l’éloge des vins de Sagunto. La région offre une gamme de vins très variée, allant des rosés fruités de Utiel-Requena aux rouges corsés du Alto Turia d’Alicante, en passant par des blancs intéressants, des rosés et rouges plus ou moins doux.

    VALENCIA-CLARIANO
    Zone viticole espagnole, située au sud de la province de Valence, où se cultivent les cépages Monastrell et Garnacha pour les rouges, Merseguera, Malvasia et Tortosi pour les blancs.

    VALENCIA-VALENTINO
    Dans la partie centrale de la province de Valence, en Espagne. Des rouges corsés et savoureux issus des Bobal, Garnacha et Tintorera, et des blancs tout aussi typés, mais parfois décevants, provenant des cépages Merseguera, Malvoisia et Pedro Ximénez.

    VALLE DE MONTEREY
    Aire viticole espagnole proche du Portugal produisant les vins les plus robustes de Galice.

    Valpolicella
    Ce nom est certainement l’un des plus connus des bons vins rouges italiens, élevé dans la province de Vénétie. Un bon Valpolicella n’est pas élaboré pour faire de l’esprit mais pour faciliter le dialogue entre amis.

    VALTELLINA SUPERIORE
    La meilleure DOC de Lombardie (Italie) regroupe quatre sous-appellations : Sassela, Valgella, Grumello et Inferno, et tous les vins sont rouges, issus du Nebbiolo.

    VAN DEN HUM
    Liqueur produite en Afrique du Sud à partir d’une variété de clémentaine. A l’origine, elle était fabriquée par des émigrés hollandais ; d’où son nom et sa similarité avec le curaçao.


    Journal du Vin
    Dietetique

    VANILLÉ
    Un vin qui sent la vanille est souvent, au nez comme en bouche, un vin qui a connu un élevage en barriques de chêne neuves. C’est en effet le chêne qui procure cette sensation olfactive.

    VARNA
    Région viticole bulgare produisant des vins blancs de Chardonnay et de Traminer.

    VAUD (CANTON DE)
    C’est la région Suisse très propice aux vins blancs.

    VECCHIO
    Employé pour désigner un vin vieux, en Italie.

    VÉGÉTAL
    Dans la dégustation, le terme s’emploie pour définir des vins qui rappellent l’odeur d’humus, de substances végétales.

    VELHO
    Vieux, en portugais.

    VELOUTÉ
    Comme ce nom l’indique, un vin velouté associe la rondeur et le corps, la chaleur à la douceur du velours… S’attribue au Pomerol, aux grands vins de bourgogne et à ceux d’Italie,  par exemple...

    LIRE LA SUITE

  • A CHAQUE VIN, SES PLATS : L'accord idéal des vins et des mets

    Le bordelais

    - Médoc et Haut-Médoc. Des vins riches et souples à la fois, de belle couleur, parfumés, équilibrés, de bonne garde. Ils se goûtent avec toutes les viandes rouges dont la fameuse entrecôte bordelaise cuite sur les sarments, et plus le millésime est ancien, parvenu à sa maturité, avec des plats complexes, gibiers, civets ou de l’agneau.

    Margaux. Prédominance à l’élégance et la structure. Un vin concentré dans sa jeunesse, aunez subtil, qui a besoin de temps pour donner toute sa finesse. En dehors des viandes rouges, le gibier à plume.

    Moulis et Listrac. De l’agneau, des viandes rouges, avec une prédominance pour un foie de veau sur un millésime à maturité, ou des ramiers aux cèpes en cocotte qui s’accordent bien avec le “moelleux” du vin.

    - Saint-Estèphe Puissant et concentré dans sa jeunesse, un très grand vin typé qu’il faut aussi savoir attendre, intense, à savourer avec une viande en sauce ou une bécasse.

    - Pessac-Léognan et Graves. En blancs, les vins, alliant finesse aromatique et persistance en bouche, s’associent à un veau en sauce ou une alose. Les rouges, bien typés, allient richesse et distinction sur du veau rôti, de l’agneau ou un gigot à la ficelle.

    Fronsac et Canon-Fronsac. Des vins corsés et chaleureux, légèrement épicés, qui s’accordent bien avec un curry de mouton ou de l’agneau rôti.

    Lalande-de-Pomerolcouleur, concentration aromatique et onctuosité en bouche en font un vin qui se déguste avec la plupart des viandes, un magret de canard ou de l’agneau en croûte.

    Vins du siecle
    Vins du siècle

    - Lussac, Montagne, Puisseguin et Saint-Georges-Saint-Émilion. Bonne matière tannique, rondeur et bouquet. Idéal sur de l’agneau au four, des brochettes de canard ou un curry de mouton qui fait ressortir le caractère épicé du vin. Sur un vieux millésime, des mets plus riches comme un canard farci, un curry et les civets.

    - Saint-Émilion. Parfumé, corsé, un vin dense et ferme, pour viandes rôties et gibier à plume.

    Pomerol. Ces vins riches, puissants en arômes comme en structure, denses et veloutés en bouche “collent” avec la plupart des gibiers et les truffes, dont on retrouve les arômes dans le vin. Essayez les œufs à la broche aux truffes fraîches.

    - Côtes-de-Bourg et Côtes-de-Bordeaux. Colorés, alliant charpente et rondeur en bouche, les Côtes-de-Bourg se marient avec du veau (sans sauce), de l’agneau, des magrets de canard et la plupart des gibiers à plume pour les vins parvenus à maturité. Le caractère légèrement épicé de ces Crus les prédispose à un curry de poulet par exemple, des viandes en sauce légère ou des rognons.

    Barsac et Sauternes. Pour profiter de leur richesse et de leur typicité, à l’apéritif. Plus conventionnel, sur un foie gras, pour un millésime assez jeune, et sur un dessert pas trop sucré comme une tarte aux framboises. Plus rare, la lamproie, et des ris de veau à la crème.

    Loupiac. Plus souple, plus fruité, un vin tout en nuances aromatiquesonctueux, qui s’accorde avec les mêmes mets que ceux de Sauternes.

    Entre-Deux-MersFrancs, légers, fruités, des vins blancs secs surprenants par leur rapport qualité-prix, à découvrir sur les fruits de mer et les crustacés.

    Journal du Vin
    Dietetique

    Bordeaux Supérieur. souples et colorés, alliant charpente et bouquet, les vins se goûtent avec toutes les viandes rouges, mais aussi, pour des millésimes plus évolués, sur une escalope de veau ou un navarin de mouton.

    Auxey-Duresses. Si le blanc est parfait avec les Poissons de rivière ou une volaille, le rouge, riche, bouqueté, tout en bouche, s’accorde bien à la plupart des viandes rouges ou aux gibiers.

    Chablis. Ampleur, suavité, vivacité et persistance aromatique pour ces Crus de Chablis, à déguster sur des Poissons de rivière, des langoustines flambées ou une côte de porc charcutière...

    LIRE LA SUITE

  • La vraie qualité des millésimes

    Brigitte Dussert : La qualité des millésimes, l’authenticité, les différences entre chaque vignoble, entre chaque vin, c’est bien le fond du problème, non ?

    Patrick Dussert-Gerber : En effet, un millésime 2004 qui ressemble au 2005 ou au 2006, ce n’est pas normal. C’est la nature qui est mise en avant dans le millésime. Si l’on fait des vins surboisés, surmaturés, on tue bien sûr l’élégance, mais on lisse surtout l’effet millésime, en faisant des vinsdépersonnalisés, pas plus intéressant qu’une boisson chimique.

    On vendange de plus en plus mûr, ce qui est une bonne chose, mais si, en plus, on utilise des concentrateurs, ajoute des levures... et pratique un élevage abusif en barriques neuves, cela donne des vins trop lourds, trop écœurants, trop alcoolisés... alors que ce n’est pas dans l’air du temps ! Et cela n’a rien à voir avec le réchauffement climatique comme certains le prétendent... En fait, il faut dire la vérité sur la qualité de chaque millésime. L’explication, en partie, de l’une des facettes de la crise des vins de Bordeaux, c’est que certains grands crus ont vendu bien trop cher en primeur le 2007. Ce n’est qu’un millésime sympathique, très agréable, bon à boire rapidement, qui commence à s’ouvrir, et c’est déjà pas mal, mais il aurait dû coûter bien moins cher ques les 2005 et 2006... Il faut que le prix du millésime corresponde à la qualité du vin pour que le marché reste confiant,   les acheteurs ne sont pas si idiots. En Bourgogne, dans la Loire ou dans le Rhône, on ne vend pas un 2007 plus cher qu’un 2005, autrement dit on ne spécule pas le prix de sa bouteille au “loto” des millésimes.

    Il existe, hélas, aujourd’hui deux mondes du vin : celui, mercantile, presque virtuel, qui profite de la méconnaissance des acheteurs, notamment des pays émergents, et se sont coupés des acheteurs fidèles et traditionnels (français, belges, suisses, anglo-saxons...). Ils pratiquent la fuite en avant, faute de bases de commercialisation stables. Pour eux, il faut sans cesse trouver un nouveaumarché pour caser sa marchandise...

    Brigitte Dussert : Vous parlez souvent “d’éthique du vin”...

    Patrick Dussert-Gerber : L’éthique du vin pourrait s’appeler l’éthique tout court. Je suis attaché à une éthique et aux propriétaires qui respectent le consommateur. Plus l’on s’éloigne d’une relation avec ce dernier, plus l’on se dirige dans une logique de vin aseptisé. Il faut qu’il y ait un échange, un retour avec l’acheteur. Il y a un vrai monde virtuel du vin qui s’est créé, certains ne savent même plus si leur vin est apprécié, qui le diffuse, qui le boit... Que l’on ne s’y trompe pas : tout est lié. Soit vous êtes un vigneron passionné et devenez alors passionnant pour un consommateur, soit vous êtes un producteur imbu de lui-même et personne n’a envie de “boire un canon” avec vous. Dans le premier cas, vous croyez en la nature, en votre terroir, en votre histoire et vous mettez à leur disposition les progrès œnologiques. Dans l’autre cas, vous lissez les millésimes, faites du vin comme on ferait du soda, une cuvée pour les femmes, une autre pour les jeunes, une autre pour les chinois, etc...

    Et tout s’enchaîne : si vous êtes en contact avec celui qui boit votre vin, il est aisé de lui expliquer que, par exemple, le 2007 est meilleur à boire aujourd’hui qu’un 2005, loin d’être prêt. Il ne s’agit pas de dire que l’un est meilleur que l’autre, cela ne veut rien dire. Tous les vins sont bons dans le temps, chaque millésime a son potentiel d’évolution. Vous retrouvez cela dans ma Vintage Code.

    Ceux qui partagent la même éthique que moi, vous les retrouvez dans Millésimes et dans mon Guide, je connais leur courage et leur détermination en sachant que ce n’est pas toujours facile pour eux. Ils sont plus discrets, plus humbles devant la nature mais, croyez-moi, ils vendent tout aussi bien que ceux qui pourraient poser en se prenant pour des stars dans un magazine people...

    Moi, j’aime les vignerons qui se retroussent les manches, font des salons, accueillent à la propriété et dialoguent avec leurs clients. On l’a bien vu avec la crise : les producteurs qui informent et ménagent leur clientèle n’ont pas été touchés, et c’est bien normal. Autre exemple : un vigneron digne de ce nom qui parcoure ses vignes en bottes sait très bien qu’il ne faut pas mettre trop de pesticide, connaît la culture raisonnée et raisonnable, cela fait une vingtaine d’années qu’il en a pris conscience. Ce n’est pas parce que le bio est à la mode, il le faisait naturellement auparavant, mais n’en parlait pas.

    Brigitte Dussert : Franchement, il y a de bons vins partout en France ?

    Patrick Dussert-Gerber : Evidemment, et à tous les prix. Quand on aime le vin, il faut aussi aimer la diversité. Depuis trente ans, le fait de parcourir tous les vignobles pour déguster les vins m’amène à déboucher aussi bien un vin corse qu’un Châteauneuf-du-Pape, qu’un Sancerre, un Vosne-Romanée ou un Chinon, un Chablis ou un grand rosé de Provence...

    Contrairement à d’autres, je ne bois pas uniquement des vins chers que l’on m’offre... Pour moi, un grand vin, c’est un vin authentique, qui correspond à un moment donné, à un état d’esprit. On peut prendre autant de plaisir avec un Minervois, un Alsace, un Chénas ou un Touraine qu’avec le plus beau Pomerol ou Meursault, à partir du moment où chacun est typé. Il y a des occasions, des moments pour boire chaque type de vin. On ne boit pas le même vin seul en rêvant au cosmos, qu’avec des amis, ni le même vin sur une terrine ou un plat sophistiqué. C’est la grande force de notre pays : avoir une gastronomie aussi riche que ses vins, c’est formidable ! Avec nous, l’Italie est le seul autre pays au monde à pouvoir revendiquer cela. Ce n’est pas rien.

    Brigitte Dussert : Que faut-il vraiment savoir sur les millésimes ?

    Patrick Dussert-Gerber : Depuis 15 ans, il n’y a plus de mauvais millésime, il n’y a que des millésimes plus délicats que d’autres. Les techniques ont évoluées dans le bon sens, les vigneronssavent parfaitement anticiper, gérer leur vignoble.

    Néanmoins, il faut savoir expliquer la spécificité de telle ou telle année. Quand on goûte des 2002 ou 2004 en Médoc, ils sont meilleurs que le 2003 pour lequel tout le monde s’enthousiasmait ! Le 2004, par exemple est un millésime formidable qui a eu mauvais presse à l’époque de la part de critiques qui ne connaissent pas grand chose au vin. Ceux-là, je ne les vois d’ailleurs jamais dans les vignobles de la vallée du Rhône, à Madiran, à Bandol ou à Saumur... ils sont pour la plupart invités dans les grands châteaux bordelais et s’en contentent. Sympa pour les milliers de vigneronstalentueux des autres régions, non ?

    Quand je lis de telles âneries, je me demande si ceux qui les écrivent ont jamais dégusté des millésimes plus anciens. C’est pourtant la seule garantie qui permet de relativiser, de comprendre et de se référer à une mémoire du vin. Les mêmes vont répéter ce qu’on leur a concocté dans un dossier de presse bien ficelé... Ce ne sont plus des journalistes mais des... attachés de presse ou des “hirondelles” (terme désignant un habitué des buffets de presse) ! Passons. Pour revenir à la force des millésimes, il est incontestable que le 2009 est certainement le plus beau millésime qui soit, classique, à l’inverse d’un 2005, grand, certes, mais aussi atypique à cause de la chaleur intensive. En 2009, l’acidité sera également présente, ce qui apporte cet équilibre entre la puissance et l’élégance, cette fraîcheur naturelle qui signe les vrais grands vins. Il est bien trop tôt pour en parler, et l’on sait que je ne rentre pas dans le jeu des “primeurs” (encore Bordeaux) qui va bientôt rivaliser avec le salon des devins et cartomanciennes... tant on va noter un vin qui n’existe pas encore !

    Brigitte Dussert : Faisons un tour de France, pour développer la spécificité de chaque millésime, selon les régions... L’Alsace ?

    Patrick Dussert-Gerber : En Alsace, le millésime 2008 est nettement plus réussi que le 2007, particulièrement difficile (il y a de rares exceptions), les 2006, 2005, 2004, 2002 et 2001 sont savoureux, le 2003 a été plus délicat à vinifier (en Vendanges Tardives, misez sur les 2006, 2004, 2001, 2000, 97 ou 89). Il existe une réelle convivialité des hommes de la région et leurs vinsatteignent une typicité rare, procurant la joie du vin, à des prix qui ont tendance à monter. Attention à la complexité des terroirs, voire à l’amalgame entre des crus et des lieux-dits. Il faut rechercher la fraîcheur et la vivacité, au détriment de vins trop souples, avec trop de sucrosité, qui deviennent de plus en plus “douceâtres”. Un Riesling, un vrai, doit être sec et vif.

    Brigitte Dussert : Je sais que vous êtes fidèle à la région beaujolaise...

    Patrick Dussert-Gerber : C’est vrai que je n’apprécie pas que des “confrères” parisiens ou étrangers médisent sur la région sans n’y rien connaître. Notre rôle n’est pas d’enfoncer une appellation ou un vigneron pour se faire mousser dans un salon ou lors d’un dîner. Nous avons -surtout- un rôle de prescripteur, dans le sens noble du terme grec.

    En Beaujolais, pour les crus, le 2008 est prometteur, le 2007 a été très difficile à maîtriser, le 2006 est excellent, le 2005 très typé, le 2004 est un millésime dense et très aromatique, et le 2003, trop mûr, beaucoup moins intéressant. La force du terroir donne une réelle typicité à chaque cru, et les meilleurs vignerons s’évertuent à sortir de beaux vins, chacun représentatif du style de son appellation. On se doute qu’un Saint-Amour ne doit pas ressembler à un Morgon, et c’est très bien ainsi.

    Brigitte Dussert : Venons-en aux vignobles de Bordeaux..

    Patrick Dussert-Gerber : J’adore les vins du bordelais, c’est certainement la raison pour laquelle je suis si déçu quand je débouche désormais des bouteilles qui feraient honte à ceux qui m’ont appris le vin : Émile Peynaud ou Jacques de Loustaunau de Guilhem, grandissimes œnologues. Et puis, je n’oublie pas les vraies figures bordelaises qui manquent tant à la région...

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu