Avertir le modérateur

BOURGOGNE : LES VIGNERONS QUI ONT MARQUE 2015 !


179.jpgBOURGOGNE
 

C’est “la ” région où le terroir est vraiment omniprésent. Qui ne s’est jamais promené sur la route des crus, comprenant la force des sols de mi-pente, notamment, ne peut pas comprendre ce qu’est un terroir digne de ce nom. Et, si, sur toute la planète, on est bien content de marquer sur son étiquette des noms de cépages pour vendre un produit quelconque, sans typicité réelle, ici, c’est tout le contraire : même si le cépage est le même, un Pommard n’a rien à voir avec un Vosne-Romanée, un Puligny-Montrachet avec un Meursault. Mieux : entre deux vins d’une même appellation, selon l’exposition et le vigneron, Grand Cru ou Premier Cru, la différence est totale. Bref, vous êtes dans le pays où le terroir s’exprime le plus, le plus simplement du monde comme le sont ces vignerons exemplaires, attachés à une éthique qui nous est chère.

Aucun autre vin blanc ne peut rivaliser avec ces Crus (Grands Crus ou Premiers) de Puligny-Montrachet, Meursault, ou Chablis, qui dévoilent une minéralité envoûtante, magique et tiennent 15, 20, 30 ans sans décevoir ! Je parle de ChartronMareyRobinAntonin GuyonCarillonTremblayJomain, Joly, Brocot, Dubreuil-Fontaine, Chardonnay, Naulin, Denis, Dampt, Alain Geoffroy, Mosnier, Heimbourger, Bocard, Delagrange… La plupart, quand ils élèvent aussi des rouges, sortent aisément du lot.
 
 

Les appellations qui comptent : Auxey-Duresses, Chablis, Chambolle-Musigny, Chassagne-Montrachet, Corton-Charlemagne, Fixin, Gevrey-Chambertin, Meursault, Nuits-Saint-Georges, Marsannay, Morey-Saint-Denis, Pernand-Vergelesses, Pommard, Puligny-Montrachet, Pouilly-Fuissé, Savigny-lès-Beaune, Volnay, Vosne-Romanée

Les appellations qui commencent à compter : Corton, Côtes-de-Nuits-Villages, Crémant de Bourgogne, Monthélie, Saint-Aubin, Santenay

Celles qui ont encore du travail : Givry, Hautes-Côtes-de-Nuits, Irancy, Ladoix, Mâcon

Et celles dont on n’entend pas parler : Hautes-Côtes-de-Beaune, Mercurey, Pouilly-Vinzelles

 
Les millésimes       
Pour les rouges

- les grands : 2014, 2010, 2009, 2008, 2007, 2005, 2003, 2002, 2000, 1999, 1995, 1990, 1989, 1985, 1983, 1979, 1978, 1976, 1978, 1971, 1970.

- les bons : 2013, 2012, 2011, 2006, 2004, 2001, 1998, 1996, 1993, 1988, 1986, 1979.

Pour les blancs

- les grands : 2014, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2002, 2000, 1999, 1998, 1995, 1990, 1989, 1986, 1985, 1983, 1982, 1979, 1978, 1976, 1970.

- les bons : 2013, 2012, 2011, 2003, 2001, 1997, 1996, 1994, 1988, 1987, 1971.

 

 

Quand boire les millésimes : voir la VINTAGE CODE


Classement Bourgogne Rouges
Classement Bourgogne Blancs
Tout savoir sur le vignoble
Vignerons sélectionnés

 

945.jpgEn rouges, pour lesquels certains dégustateurs idiots n’ont pas encore compris que la couleur ou la concentration n’ont rien à voir avec un réel potentiel de garde (j’ai des bouteilles des années 1970 dans ma cave, superbes), on ne peut qu’exciter ses papilles avec des crus aussi racés mais divers que ceux de GelinMonts LuisantsGerbetCacheuxPhilippe Leclerc, Chevillon, EsmoninRebourseau, Fougeray de Beauclair, Prieur-Brunet, Bertaut-Gerbet, Jaffelin, Bertheau, Ampeau, Diconne, Virely-Rougeot, Michel Prunier, Pierre Bourée, Amiot, Seguin-Manuel, Poulette, Cacheux, Vincent Bachelet, Gros, Clos Bellefond.

On est dans la Bourgogne “pure”, celle des hommes et des femmes passionnés, peu sensibles aux modes, bref, tout ce que l’on aime.

Dans le Mâconnais, cinq vignerons sortent vraiment du lot : Paquet, Auvigue, Denuziller, Perelles, Luquet.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu