Avertir le modérateur

Science

  • L'ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES VINS : H, COMME HENDERSON, HEURIGE, HUMAGNE, HYDROMEL...

    HALBTROCKEN
    Signifie demi-sec, en allemand (pas plus de 18 grammes de sucre résiduel par litre).

    HALBROT
    Le vin rosé (demi-rouge), en Suisse.

    HARMONIEUX
    Un vin harmonieux associe structure et rondeur, équilibre des tanins et souplesse.

    HARO
    Espagne. Important secteur de la Rioja.

    HARRIAGUE
    Cépage d’Uruguay.

    HARSLEVELÜ
    Bon raisin de Hongrie, qui donne des vins riches et bouquetés. Utilisé pour le Tokay.

    HATTENHEIM
    Allemagne. Importante commune de la région du Rheingau, où l’on goûte de beaux vins de Riesling.

    HAUT-BENAUGE
    Petit territoire particulier de la région de l’Entre-Deux-Mers, à Bordeaux, qui produit des vins blancs caractéristiques.

    HAUTES-CÔTES-DE-BEAUNE
    En Bourgogne, l’appellation s’étend à l’ouest de la Côte-de-Beaune.
    HAUTES-CÔTES-DE-NUITS
    Cette autre appellation est à l’ouest, en retrait, diront certains, de celle de la Côtes-de-Nuits.

    HAWKES BAY
    Nouvelle-Zélande. Secteur de vins blancs secs.

    HECTARE
    Correspond à 10 000 m2.

    HECTOLITRE
    Unité de mesure égale à 100 l.

    HENDERSON
    Région vinicole de la Nouvelle-Zélande. Quelques blancs intéressants.

    HERBACÉ
    Désigne un vin rappelant notamment le fruit vert, dont la cause est le plus souvent un manque de maturité du raisin. Par extension, et si l’astringence est très vive, on dit “râpeux”.

    HERMITAGE
    1/. Vins rouges (Syrah, puis Marsanne et Roussane, jusqu’à 15% maximum), et blancs (Roussane et Marsanne). L’appellation est reconnue par décret du 4 mars 1937. Parcelles délimitées sur les communes de Tain-l’Hermitage et de Crozes-Hermitage.

    2/. Australie. Nom donné au cépage Shiraz (Syrah).

    HESSE RHÉNANE
    Importante région viticole allemande. C’est le centre géographique de la Rhénanie viticole, relativement plat, dont le nord est situé dans la continuation de la zone du Rheingau, au-dessous de Mainz. La Hesse Rhénane forme un gros rectangle large d’une trentaine de kilomètres, de Bad Kreuznach à Nierstein, sur une longueur d’une bonne cinquantaine de kilomètres, de Mainz à Worms.

    HESSISCHE BERGSTRASSE
    C’est la première région vinicole allemande que l’on rencontre en traversant le Rhin, à partir de Darmstadt. Les vignes sont plantées sur des collines abruptes, le meilleur secteur est incontestablement celui de Bensheim, un joli village au climat très doux où deux grosses coopératives produisent la majorité des vins.

    HEURIGE
    En Autriche, le mot signifie vin nouveau.

    HISTOIRE DU VIN (L’)

    L’Antiquité
    L’histoire du vin s’enchevêtre à celle de notre civilisation, et remonte très certainement aux premières civilisations orientales. Nous ne savons pas quand l’homme commença à boire du vin, mais il accepta ce breuvage comme un don des dieux : les Égyptiens l’attribuaient à Orisis, les Grecs à Dionysos, les Perses ou les Arméniens ont leurs propres sources… Ce qui est certain, c’est que l’Égypte, la Mésopotamie et le Caucase furent les premières régions vinicoles.

    Si les plus anciennes traces sont des sceaux sur les bouchons des amphores égyptiennes trouvées dans les tonneaux de la période prédynastique, le fameux “breuvage d’Horus” vient de cette époque, et la plupart des pharaons possédaient leurs propres vignes. Il semble que c’était surtout à proximité du delta du Nil, où ils pouvaient être irrigués régulièrement, que les vignobles se développaient le mieux.
    Non loin, et comme en Palestine, la vigne prolifère abondamment dans les pays situés à l’est de la Méditerranée ainsi qu’autour de la Caspienne et de la mer Noire. A Byblos, en Arabie, à Babylone, florissaient les vins les plus estimés, que les Syriens et les Phéniciens expédiaient par les traditionnelles caravanes vers la plupart des pays voisins, et jusqu’en Chine… Les rois, princes et sultans offraient le vin à leurs hôtes les plus illustres et à leurs dieux, comme les Grecs anciens.

    L’influence grecque et romaine
    On le sait, la Grèce fait certainement partie du premier pays où, historiquement, le vin se rapproche le plus de celui que nous connaissons aujourd’hui. La plupart de ses vins étaient consommés coupés d’eau, voire légèrement aromatisés. Le célèbre Ulysse n’hésitait pas, semble-t-il, à savourer du vin doux, qui devait être l’ancêtre de la Malvoisie. La propagation de sa culture et de sa civilisation permit d’implanter la vigne dans la plupart des pays voisins, et notamment en Italie, que les Grecs dénommaient d’ailleurs la “Terre des vignes”. Suivant leurs traces, les Romains ont donc hérité de l’art de la vigne, et ont été les plus grands ambassadeurs de vins qui soient, ceux-ci devenant de plus en plus comparables aux vins de notre époque. De colonie en colonie, les vignobles se développèrent très rapidement, malgré les incertitudes de l’Histoire, où les arrachages succédèrent aux plantations, et vice versa.

    Les vignes s’installèrent dans les vallées les plus prospères. Partant de Provence, les Romains plantèrent de Marseille à Bordeaux, puis dans la vallée du Rhône, en passant par l’Espagne (Cicéron vante les crus de Tarragone et de Catalogne) et l’Afrique du Nord pour rejoindre l’Allemagne, dans les vallées de la Moselle et du Rhin… Tous les vignobles existant à l’époque témoignaient de la puissance de l’Empire romain jusqu’au Ve siècle. Quand il s’écroula, les Barbares envahirent toute l’Europe, les Vandales laissant pour mémoire leur nom à l’Andalousie.

    Du Moyen Age au XXe siècle
    Durant cette longue période obscure, où les guerres féodales ravagèrent les vignobles, la vigne eut du mal, faute de civilisation intelligente, à subsister. Les vignobles passèrent ensuite sous la protection de l’Église. Ce fut l’époque de la toute-puissance des moines : le vin n’est-il pas le “Sang du Christ”?

    Riche, omniprésente, toute-puissante, capable de faire et de défaire n’importe quel royaume, l’Église sut aussi créer et développer la plupart des grands vignobles occidentaux. Les monastères florissaient, leurs richesses s’accumulaient. Véritable centre européen, la Bourgogne devint la région la plus exubérante en la matière, par laquelle transitaient la plupart des vins provenant d’Allemagne, d’Angleterre, d’Italie et du sud de la France. Rappelez-vous que Charlemagne lui-même possédait le vignoble de Corton, et que les cisterciens produisaient à Chablis comme à Vougeot. Le succès bourguignon devait être impressionnant jusqu’au siècle dernier.

    En parallèle, la mode du vin s’intensifia partout : dès le début du XIVe siècle, l’Angleterre importait des vins espagnols, et toute l’Europe du Nord consommait du Xérès ou du vin des Canaries. Les Anglais s’intéressèrent également beaucoup au Clairet d’Aquitaine, l’Italie, la Grèce et le Portugal exportaient dans la plupart des pays (Edouard III développa les achats de vin portugais), et Charles II ramena de France la mode du Champagne. Pour l’anecdote, Champenois et Bourguignons se livraient une concurrence acharnée, les uns et les autres bénéficiant de soutiens successifs, Louis XIV préférant le vin de Beaune, et Louis XV celui de Champagne… Plus tard, lorsque l’Angleterre et la Hollande entrèrent en guerre avec la France, Guillaume d’Orange et ses successeurs allemands imposèrent lourdement les vins français et, en 1703, le traité de Méthuen accorda des faveurs spéciales au vin de Porto, que l’on commença à fortifier avec de l’alcool vers 1710. Une belle occasion pour le Porto de s’implanter en Angleterre.

    Partout, la qualité des vins s’améliore. En Allemagne, dans le Rheingau par exemple, les meilleurs plants de Riesling font leur apparition, et, dès 1730, les prémices d’une réglementation se font sentir. Puis la première petite “révolution” fut la découverte du bouchon de liège et l’emploi de plus en plus systématique de la bouteille, au cours du XVIIIe siècle. Quand éclata la (vraie) Révolution française, le peuple s’adjugea tout naturellement les vignobles des nobles et de l’Église. Peu de temps après, en 1803, Napoléon sécularisa les vignobles, en France comme en Allemagne, et la plupart des domaines furent mis aux enchères…

    HOCHHEIM
    Importante commune viticole du Rheingau, en Allemagne, dont les vins blancs sont très fermes, corsés, moelleux, puissants au nez comme en bouche, d’excellente évolution.

    HOLLANDS
    Ou Jenever. Gin hollandais.

    HONEY BRANDY
    Eau-de-vie de miel.

    HONNEUR (VIN D’)
    C’est le vin qui sert à honorer un ami, une association ou un événement.

    HOTTE
    Faite en osier et portée à dos d’homme, elle sert à faire les vendanges.

    HOUBLON
    C’est la plante qui sert à faire la bière.

    HOUX
    Alcool blanc alsacien provenant de la distillation des baies de houx.

    HUAPAI
    Secteur de l’île du Nord produisant des vins rouges convenables, en Nouvelle-Zélande (voir ce pays).

    HUDSON (VALLEY)
    États-Unis. Région qui s’étend sur la rive droite du fleuve Hudson, dans l’Etat de New York. Surtout pour les blancs secs, en net progrès.

    HUMAGNE
    Cépage suisse.

    HUMUS
    Matière organique contenant des bactéries et des micro-organismes. Alimente les plantes. Par extension, le terme s’emploie dans le vocabulaire de la dégustation pour signifier un vin qui sent les sous-bois.

    HUNTER (VALLEY)
    Australie. Importante région de la Nouvelle-Galles du Sud, où l’on fait un bon nombre de vins blancs secs fort honorables.

    HUXELREBE
    Cépage blanc allemand, issu d’un croisement Chasselas et Muscat.

    HYBRIDE
    Vigne issue d’un croisement de deux (ou plus) espèces différentes de vigne, qui provoque généralement de (très) petits vins, rustiques, surtout destinés à être distillés.

    HYDROLYSE
    Cette réaction chimique est la scission d’une molécule organique sous l’action d’un acide ou d’une enzyme, dans l’eau.

    HYDROMEL
    A la fois mythique et réelle, c’est l’ancienne boisson fermentée des Gaulois et des Romains, à base d’eau et de miel, aromatisée d’ épices.

    HYDROMÈTRE
    Instrument qui sert à mesurer la teneur en sucre des moûts.

    HYPOCRAS
    Ou Happocras. Hippocrate aurait lui-même inventé cette boisson, une sorte de vin de liqueur aromatisé principalement avec de la cannelle, à laquelle s’ajoutaient du gingembre et des amandes.

     

    LE VIN DE A à Z
    A - B - C - D - E - F - G -H - I - J
    K - L - M - N - O - P - Q -R - S
    T - U - V - W - X - Y - Z

     

     
  • La typicité des vins ne dépend que des sols des vignobles

    945-3.jpgLa vigne vit. C’est l’une des plantes les plus diversifiées qui soient, et certainement celle qui a fait le plus rêver les hommes depuis l’Antiquité, tous peuples confondus. C’est le “nerf” de la terre, le végétal qui s’accorde le mieux à l’homme en créant grâce à lui un aliment exceptionnel, le vin. La vigne a besoin d’équilibre et d’être en bonne santé, et prospère entre les 28e et 50e degrés de latitude, sous un climat tempéré de préférence (un cep gèle à -15 °C), dans les deux hémisphères.

    Son lieu de prédilection est toujours le coteau, qui permet toutes les nuances de l’ensoleillement : il suffit de se promener en Bourgogne ou à Saint-Émilion pour comprendre l’influence de l’exposition des vignes, et la différence qualitative entre les vignobles de côtes (ou mi-côtes) et ceux de la plaine. La vigne a besoin de souffrir pour s’exprimer pleinement, même si elle s’habitue à la plupart des terrains, sur la plupart des continents. On la trouve en bordure de mer (France, Italie, Afrique du Sud, Californie, Grèce, Afrique du Nord, Australie, Chili…), comme en régions continentales (Europe, Chine, Russie…), où ce sont surtout les fleuves, les lacs et les rivières qui jouent un rôle prépondérant. Elle a aussi besoin d’une humidité régulière, mais pas de beaucoup d’eau.

    Trop d’eau, dans des terrains trop riches, ne donnerait que des bons raisins, pas mieux. La vigne appartient au genre Vitis, et c’est la famille de Vitis vinifera qui produit les meilleurs vins. Chaque cépage doit être adapté à un sol et à un microclimat particulier, en tenant compte aussi bien de sa précocité que du style de vins que l’on veut faire. Il faut donc s’occuper de la vigne, qui a besoin d’être parfaitement tenue pour produire un raisin de qualité. Son palissage, son espacement entre les rangs, son nombre de pieds à l’hectare (3 000 à 10 000 pieds/ha !) sa taille courte ou haute, son effeuillage, son éclaircissage, les labours pour aérer la terre et favoriser les rétentions d’eau, la fumure, les protections contre le gel et la grêle, les traitements contre ses parasites… tout concourt à la chouchouter et à maîtriser les rendements si l’on veut faire du bon vin.

     

    - Alluviaux (dépôts) : déposés par un torrent, composés pour la plupart de limon, de sable et de graviers, très fertiles. Se rencontrent en Savoie.

    - Ardoise : roche dure, qui provient de la compression d’argile, de limon et de sable, qui retient la chaleur.

    - Argile : une roche à grain fin, qui retient facilement l’eau (Jura…).

    - Argileux (sols) : sols sédimentaires comprenant les argiles, les glaises, les marnes et les limons.

    - Calcaire : roche sédimentaire alcaline, qui favorise la production de raisin au taux d’acidité assez élevé, comme dans la Loire (Pouilly-Fumé…).

    - Calcaire (sol) : sol de carbonates de calcium et de magnésium, qui permet aux racines de pénétrer la terre et leur assure un excellent drainage. Le meilleur exemple est le territoire des grands crus de Saint-Émilion (et d’Alsace).

    - Carboné (sol) : les sols carbonés les plus courants sont la tourbe, le lignite, le charbon et l’anthracite.

    - Craie : roche alcaline poreuse qui favorise la production de raisin au taux d’acidité élevé, et convient aux cépages blancs.

    - Crasse de fer : couche riche en fer que l’on trouve dans le Libournais, principalement à Pomerol, et aussi à Saint-Julien.

    - Ferrugineuse (argile) : argile assez riche en fer.

    - Galets : possèdent les qualités idéales d’attirer la réverbération du soleil et de conserver la chaleur du jour durant la nuit (Châteauneuf-du-Pape).

    - Granite : roche dure, riche en minéraux, qui retient la chaleur.

    - Graves : cailloux siliceux, qui assurent un excellent drainage et conviennent parfaitement à la vigne, lui imposant de chercher sa propre nourriture. On retrouve des sols de graves sablonneuses dans le Libournais, et des marnes graveleuses dans le Jura.

    - Grès : roche sédimentaire composée de particules.

    - Humus : matière organique contenant des bactéries et des micro-organismes. Alimente les plantes.

    - Kimmeridgiens (sols) : sols de marne calcaire, que l’on trouve à Chablis ou à Sancerre.

    - Lignite : matière carbonée, chaude, très fertile ; on la trouve en Champagne.

    - Limon : sol tendre et friable, composé d’argile, de sable et de vase. Trop fertile.

    - Marne : argile calcaire qui retarde la maturation du raisin et en augmente l’acidité (Bourgogne, Alsace…).

    - Mica : sol assez maigre, à base de poudre de granit (Condrieu…).

    - Molasse : grès tendre et friable, souvent calcaire, que l’on trouve dans certaines régions du Bordelais.

    - Moraine glaciaire : sol rocheux formé d’ardoise, de schiste et de calcaire. Classique des vignobles de montagne.

    - Quartz : minéral le plus commun et le plus abondant, présent dans de nombreux sols, qui réduit l’acidité du vin.

    - Sable : sol chaud et aéré, qui assure un bon drainage. Ne fait pourtant pas assez souffrir la vigne.

    - Schiste : roche cristalline riche en potassium et en magnésium, qui retient bien l’eau, et convient tout à fait à la vigne.

    - Silex : roche qui emmagasine la chaleur, et donne des vins très typés, au fameux goût de “pierre à fusil” (Loire…).

    - Silice : sol assez acide de nature cristalline, dont l’archétype se trouve en Bourgogne, allié à de l’argile et du calcaire.

    - Tuffeau : roche volcanique, calcaire, que l’on retrouve en Touraine (Chinon, Bourgueil…).

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu